Durée de lecture : 16 min

Passons à d'autres animaux :

Les ânes aussi ont participé à la guerre.
Les ânes aussi ont participé à la guerre.

Le rôle des ânes :

Cependant, les ânes ne sont pas réquisitionnés et n'ont pas de matricules comme les chevaux ou les mules et les mulets.

Leur petite taille leur permet d'être employés en première ligne pour porter le ravitaillement, des munitions, des matériaux destinés à l'aménagement des tranchées,...Ceux qui servent à Verdun disposent d'un hôpital installé à Neuville-lès-Vaucouleurs (Meuse).

Comme le cheval, l’âne est un équidé mais son comportement est proche de celui du chien. Sédentaire, il défend son territoire (les bergers l’utilisaient autrefois pour protéger les troupeaux des loups). Originaire des pays chauds et secs, l’âne a de grandes oreilles qui l’aident à évacuer la chaleur. Placide et frugal, il a aussi le pied sûr. Son dos solide lui permet de porter des charges supérieures à celles que porte un cheval ! En temps de guerre, on estime qu’il accomplit à lui seul le travail de 7 hommes.

Dans le secteur de Verdun, l’état-major décide d’utiliser, à titre expérimental, une vingtaine de "bourricots" venus d’Algérie, équipés de bâts indigènes. Les essais sont si concluants que l’armée en réclame 15000! Elle en reçoit d’abord 5 000 puis en achète et en réquisitionne sur le pourtour de la Méditerranée. On estime ainsi à environ 274 000 têtes le nombre d’ânes utilisée lors du conflit.

Dans la Somme, les Flandres, l’Artois, l’Aisne, les bourricots sont au service de l’infanterie, du Génie, de l’artillerie. Ils constituent l’un des derniers maillons de la chaîne des transports. Ils se faufilent entre les cantonnements et les positions, dans les étroits boyaux des tranchées. Ils portent sur leur bât ou dans des couffins, vivres, armes et munitions qui blessent leurs flancs et entravent leur progression. Ils suscitent la compassion des poilus mais souffrent de froid et d’épuisement. Ils meurent par milliers, fauchés par la mitraille ou noyés dans des trous d’obus boueux dont ils ne peuvent sortir.

Voici un âne bien équipé :

Un âne équipé comme les soldats.
Un âne équipé comme les soldats.

Continuons l'étude des panneaux.

Le rôle des chiens de guerre
Le rôle des chiens de guerre

La voici l'ambulance :

Un chien va vite secourir un blessé.
Un chien va vite secourir un blessé.

Un collègue arrive :

Je suis la croix rouge.
Je suis la croix rouge.
Le centenaire des Animaux pendant la Grande Guerre

Partagez :

Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *