Durée de lecture : 27 min
Un chien très célèbre !
L'une des principales mascottes.

Son histoire débute en 1917. Sur le campus de l’université de Yale, où s’entraînent les soldats avant de partir sur le front, le caporal  Conroy trouve un chiot errant. Attendri par les grands yeux de ce bull-terrier, il l’adopte et le baptise Stubby en référence à son gabarit (stubby signifiant trapu en américain). Inséparable de son nouveau compagnon, Conroy le ramène clandestinement au 102e régiment d’infanterie. Rapidement, l’animal devient la mascotte du régiment. Les soldats le dressent et lui apprennent à faire le salut militaire, en posant sa patte au-dessus de son œil. Mais l’unité de Conroy est désignée pour rejoindre les tranchées du nord de la France. Ne voulant pas que Stubby soit abandonné une seconde fois, Conroy le cache dans ses bagages et l’embarque avec lui à bord du bateau.

En février 1918, le 102e bataillon d’infanterie atteint les lignes de front et le chemin des Dames. Très vite, Stubby s’habitue aux explosions et aux tirs constants, ainsi qu’ à la vie dans les tranchées. Ainsi Stubby, grâce à son expérience et son odorat, pouvait prévenir les attaques au gaz moutarde. Il pouvait également repérer le bruit des obus bien avant que les soldats ne les entendent ou encore entendent les cris des blessés dans le no man’s land pour que les équipes de brancardiers aillent les chercher. Mais c’est un autre exploit qui va faire de lui une célébrité : dans une tranchée, aux côtés de son maître, Stubby entend un homme murmurer quelques mots d’allemand. Il se met alors à aboyer, se précipite sur lui et le neutralise en lui mordant le mollet. Arrêté par les soldats américains, l’homme avoue rapidement être un espion allemand ! Grâce à cette capture, Stubby obtient le grade de sergent, devenant plus gradé que son maître, caporal. Il est le premier chien à obtenir une telle distinction.

Après dix-huit mois au service du 102e régiment d’infanterie, Conroy et Stubby rentrent au Etats-Unis. Le bull-terrier est alors accueilli en héros. Il rencontre trois présidents américains, participent à de nombreuses cérémonies commémoratives. Il défile même dans les rues des plus grandes villes américaines. Chien le plus médaillé de la Grande Guerre, ses décorations étaient piquées dans un petit manteau en peau de chamois, confectionné par des Françaises. On y trouve, entre autres, la très prestigieuse " Purple Heart ", mais aussi la médaille de Verdun.

Stubby meurt en 1926. Son nom figure sur le monument dédié aux héros de la guerre à Kansas City. Sa dépouille naturalisée est exposée au Smithsonian Institution à Washington.

Un petit préambule pour cette exposition.

Il y a 100 ans, débutait la Première Guerre mondiale. L’Europe entière se transforma en un immense champ de bataille sur lequel s’affrontèrent pendant 4 ans des millions de soldats qui vécurent un enfer. Le bilan humain de ce conflit s'élève à environ dix millions de morts et environ huit millions d’invalides. Nous avions déjà évoqué ce sujet en 2015, lors d’une exposition au château.

https://lepassedarnouville.fr/les-journees-europeennes-du-patrimoine-2015-4305

Mais il ne faut pas oublier de parler "Des Poilus à poils ou à plumes".

On estime que des dizaines de millions d’animaux ont participé aux combats de la Première Guerre mondiale : 11 millions de chevaux, d’ânes, de mulets, de chiens, de pigeons... ont été utilisés.

Cette exposition a eu lieu en mai 2019 dans le salon du château mis à notre disposition par Mme Koffi-Khalley.
Cette affiche fut réalisée par les services municipaux.

Le centenaire des animaux pendant la grande guerre

Un grand nombre d'animaux furent donc utilisés par les belligérants lors cette Guerre. Ce fut surtout  des chevaux pour le transport et la cavalerie. Des chiens assuraient le transport et aussi  la transmission des messages, comme les pigeons voyageurs.

C’est grâce à l’idée de M. Haroutiounian que nous avons souhaité consacrer en mai 2019, cette évocation. Ceci mettra en évidence le rôle, souvent oublié, de ces bêtes.
M. Denis nous avait prêté gracieusement ses beaux panneaux. Un conférencier, M. Stalmach, les commenta aux personnes présentes.

Observons  ce premier texte! Voici une présentation générale de ces combattants un si particuliers.

Un autre chien célèbre :

Les animaux dans la grande guerre

Satan et son masque à gaz
Satan et son masque à gaz

Une histoire émouvante. Une bataille faisait rage à Verdun en France, la ville était encerclée par les soldats ennemis. Les soldats alliés dans la ville étaient à bout et sur le point de se rendre lorsque ceux-ci aperçurent une tâche noire à l’horizon. Au fur et à mesure que cette tâche noire approchait, on remarquait qu’il s’agissait d’un chien portant un message qui arrivait à toute allure. Sautant par-dessus les trous d’obus, zigzaguant à vive allure afin d’éviter les balles et possédant un masque à gaz pour ne pas respirer de gaz moutarde. Alors que le chien était presque arrivé à Verdun, il fut blessé par l’ennemi et n’avait désormais plus que trois pattes.
Le maître de ce chien se trouvait à Verdun et lorsqu’il vit son chien, il l’appela, le suppliant de tenir bon. Le chien entendit les cris de son maître, se releva sur ses trois pattes et courut de nouveau tant bien que mal. Le maître, tandis qu’il appelait son chien, fut frappé par des balles ennemies et quitta ce monde devant les yeux de son pauvre chien… L’animal réussit malgré tout à atteindre Verdun. Le message qu’il portait disait : "Pour l'amour de Dieu, tenez bon ! Des troupes seront envoyées pour vous soulager demain." . La ville fut sauvée le lendemain par Satan au péril de sa vie.

Et ce chien porteur d'un message.

Ce chien est un messager.
Un message très important.
Le centenaire des Animaux pendant la Grande Guerre

Partagez :

Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *