Durée de lecture : 21 min

Répertoire des rues d'Arnouville

Dans chaque ville, chaque rue a un nom. Celui-ci, donné lors de la création de cette dernière, par décision du Conseil Municipal, avait certainement une raison précise. Certaines dénominations ont évolué au fil des ans. Ce chapitre a pour but de recenser l'ensemble de nos rues, nos avenues, nos allées...selon un classement qui pourra varier en fonction de vos réponses, chers Lecteurs, car certains noms posent problème... La plupart de ces rues sont illustrées par des photos prises à l'heure actuelle et visibles sur le site :
http://www.arnouvilloise.org/
Si des erreurs vous semblent écrites : merci de les signaler dans les commentaires : nous rectifierons. de même que pour toutes précisions qui pourraient être apportées quant aux noms des rues citées. Et pour en savoir plus sur la biographie de chacun des personnages importants nationaux ou certains locaux, vous pouvez taper leur nom sur "internet" = tous les renseignements. Bonne lecture!

Arnouville: Plan des quartiers et lieux-dits connus

Voici quelques thèmes proposés :

Hommes Politiques Nationaux

Avenue Jean Jaurès (1958-1914) : Socialiste, il fonde le quotidien l' "Humanité". Mort assassiné. Jadis: Rue de Chemin de Fer/Route de la Gare  Quartier : Beauséjour.
Rue Robert Schuman (1886-1963) : Plusieurs fois ministres, président du Parlement Européen .
Rue Léon Blum (1872-1943) : Chef du parti socialiste S.F.I.O., il constitua un gouvernement dit de "Front populaire". Ses réformes : les congés payés.
Rue Robespierre (1758-1794) : Conventionnel guillotiné Jadis : Rue de la Justice Malot  Quartier : Fosse aux Poissons.
Rue Marat (1743-1793) : Révolutionnaire, assassiné par Charlotte Corday (ex Rue de l'Aviation).
Rue Saint Just (1767-1794) :
Conventionnel, mort guillotiné. (ex Rue du Parc) Cet ancien nom Rue du Parc avait été donné par Monsieur Demusois le 14 juillet 1939.

Rue Hoche (1768-1797): Général français de la révolution. (ex Rue de la Croix Rouge).

Ces 4 dernières rues ont été inaugurées afin de perpétuer la commémoration de 150e anniversaire de la Révolution Française. (décision du conseil municipal de l'époque : une somme de 5000 francs était destinée à l'organisation des fêtes et réjouissances locales pour la circonstance).

Avenue Danton (1759-1794) : Il domine le Comité de Salut Public. Meurt décapité.
Rue des Quinconces : Monument élevé à Bordeaux en 1892-19022, en la mémoire des Députés Girondins victimes de la Terreur.
Rue Roger Salengro (1890-1936) : Ministre de l'intérieur. Diffamé par H.Becquart, il fut réhabilité par la Chambre des Députés. Mais à nouveau calomnié : il préféra se donner la mort. Il eut des funérailles nationales.
Rue Max Dormoy (1888-1941) : Homme politique socialiste, il devint ministre de l'intérieur après le suicide de R. Salengro. Assasiné en 1941 par d'anciens cagoulards, Médaillé de la Résistance française.
Place René Coty (1882-1962) : Président de la République en décembre 1953.
Avenue De Choiseul (1776-1869) : La petite fille de J.B. de Machault, Geneviève Aglaé, mariée avec le Comte de Choiseul-Daillecourt. Beaucoup de confusions dans l'esprit des gens concernant le patronyme " de Choiseul". Certes, "un Duc est plus qu'un Comte !". MAIS : il ne s'agit ici et en aucun cas d'une allusion avec Etienne François, Duc de Choiseul, qui fut ministre des affaires étrangères du Roi Louis XV, de 1758 à 1760 .

Place du Général Charles de Gaulle (1890-1970) : Chef de la résistance,fondateur de la Vème république et Président de la République de 1958 à 1969. ( Place en face de la salle des fêtes Charles AZNAVOUR).
Rue Léo Lagrange (1900-1940) : Socialiste, il fut sous-secrétaire d'état aux Sports sous le Front Populaire.
Avenue Paul Vaillant Couturier (1899-1937) : Fondateur du P.C.F. (ex.rue Jean Jaurès et ex. rue de la Gare) : écrivain, journaliste, homme politique, rédacteur en chef de "L'Humanité".
Avenue Pierre Brossolette (ex : rue de Turin) (1903-1944): Socialiste. Un des dirigeants de la résistance. Compagnon de la Libération en 1942.
Rue Henri Sellier (1883-1943) : Maire de Suresnes, sénateur. Fut ministre de la santé publique. Il fonda l'École des Hautes Études Urbaines. Il créa les habitations à bon marché et les "Cités Jardins".
Rue Jean Zay (1904-1944) : Fut ministre de l'Éducation Nationale et des Beaux Arts. Mort assassiné par un milicien.
Place Henri Ribière (1897-1956) : Membre de la 1ère et 2ème Assemblée Nationale Constituante. Reconstructeur de la S.F.I.O.. Surnommé "Le Père Tranquille de la Résistance".
Rue Accart (1912-1992) : Un des meilleurs pilotes de l' "Armée de l'Air" pendant la seconde guerre mondiale. Grand croix de la Légion d'Honneur. Titulaire de la Croix de Guerre.
Avenue La Fontaine (1621-1695) : Poète, moraliste, librettiste et romancier français.
Place Marc Sangnier (1873-1950) : Journaliste, homme politique, pionnier du Mouvement des Auberges de Jeunesse en France (1929).
Avenue Gabriel Péri (1902-1941) : Journaliste, membre du P.C.F., député de Seine-et-Oise. Il fut fusillé par les Allemands au Mont Valérien.
Avenue du Commandant Marchand (1863-1934) : Général et explorateur français.
Place du Général Leclerc (1902-1947) : De son vrai nom : Philippe de Hautecloque. Parcours militaire impressionnant. Responsable de la 2ème D.B., appelée Division Leclerc. Il fut fait Maréchal de France à titre posthume. Il est enterré dans la crypte des Invalides. (Cette place est située devant la gare.)
Avenue Pierre Sémard (ex : avenue de Villiers) (1887-1942) : Syndicaliste, secrétaire général des Cheminots et dirigeant du P.C.F.. Il fut fusillé par les Allemands en 1942.
Rue du Colonel Driant (1855-1916) : Député de NANCY. Mort à Verdun.
Rue Antonio Gramsci (ex : rue de la Victoire) (1891-1937) : Écrivain et théoricien italien.
Square Estienne D'Orves (1901-1941) : Officier de marine, il fut un héros de la seconde guerre mondiale. Le réseau de la France Libre qu'il dirigea porte son nom "Estienne d'ORVES". Premier martyr de la résistance.

Répertoire des noms de rues d Arnouville

Partagez :

Étiqueté avec :        

8 avis sur « Répertoire des noms de rues d Arnouville »

  • 13 mai 2012 à 11 h 10 min
    Permalien

    Merci beaucoup pour cette réponse si rapide et si précise.

    Christiane

    Répondre
  • 12 mai 2012 à 16 h 07 min
    Permalien

    Bonjour,
    Mes grand-parents ont habité entre 1922 et 1926 au 47 rue du Parc, à la "véranda".
    Je ne trouve pas cette rue sur le plan, a-t-elle été débaptisée ou n'existe t'elle plus?
    Le non "véranda" était-il le nom de la maison ?
    Je vous remercie par avance des précisions que vous pourriez nous communiquer.
    Cordialement
    Christiane

    Répondre
    • 13 mai 2012 à 0 h 53 min
      Permalien

      Chère Madame,
      Veuillez m'excuser pour cette réponse tardive.
      Mais je viens seulement de trouver votre question.
      Je m'empresse de vous donner la solution à votre interrogation concernant le nom de la "Rue du Parc".
      Effectivement, elle n'existe pas sur le plan situé au début de notre article.
      Cette dernière a cependant bien existé.
      Mais maintenant elle porte le nom d' "Avenue St Jst".
      Le quartier s'appelait autrefois "La Fosse aux Poissons".
      Vous pouvez vérifier ces renseignements dans un livre édité par notre "site" sous le titre de "Mémoires en image" Arnouville-lès-Gonesse.
      Cet ouvrage est vendu en librairie, à La Poste de notre Commune, à la FNAC également.
      Nous en possédons encore quelques exemplaires au prix de 15 euros l'unité.
      Je reste à votre entière disposition pour tous renseignements complémentaires.

      Répondre
  • 9 juillet 2009 à 8 h 08 min
    Permalien

    Bonjour Annette, je ne vois pas dans ta liste des noms de rue , la rue Bernard Thuillier et l'allée Édouard Miarka, tu es excusée elle ne sont pas sur les plans elles ont pourtant plus de cinq ans.

    Allez les photos sont sur tu sais quoi ?

    http://arnouvilloise.over-blog.com/

    Bises amicales 😎

    Répondre
  • 20 mai 2009 à 15 h 06 min
    Permalien

    Nouvelles explications :

    "Le hameau d'Arnouville", (sur le plan n°31 et n°32) appelé à l'origine "Maisons de ville", est situé dans la partie "Le Bourg", secteur le plus ancien d'Arnouville-lès-Gonesse.

    Pour garder les premiers noms des rues de l'époque, on a baptisé les ruelles de ce lotissement :
    - Allée des Meules,
    - Allée de la Faisanderie,
    - Allée des Semailles,
    - Allée du Potager,
    - Allée des Maraîchers,
    Une façon de ne pas oublier "Notre passé"

    Répondre
  • 4 mai 2009 à 14 h 46 min
    Permalien

    Préicsions quant aux noms des rues :

    Rue Lucien Lamart,
    Rue Auguste Defontaine,
    Rue Robert Gourrier.

    Ils furent tous les trois arrêtés le 15 Août 1944, avec 8 autres personnes, en représailles de la mort de 2 soldats allemands.
    Une patrouille de soldats allemands et de miliciens français a été chargée d'effectuer la rafle dans la région.
    Ces 3 F.F.I. de notre commune furent conduits à "La clairière des 4 chênes" à Domont et fusillés le lendemain 16 Août.

    Ces renseignements nous ont été fournis par M. Gilles Primout.
    (Vous pouvez consulter son site sur internet pour avoir plus de détails encore quant à la libération du VAL d'OISE en 1944.)

    Répondre
  • 17 avril 2009 à 16 h 00 min
    Permalien

    Merci à Roger Paulin pour son information le "Chemin des cressonnières".

    Trois éléments ont joué un rôle important dans la prospérité ancienne de la région : le limon des plateaux qui fournissait des terres agricoles fertiles propices à la culture des céréales, et les sables de Beauchamp dont les nappes aquifères ascendantes sont à l'origine de nombreuses sources apparues au contact des marnes et caillasses, sur le flanc descendant vers le "Croult".
    Cette abondance d'eau a permis au fond de la vallée des cultures maraîchères, notamment des cressonnières.
    La plupart de ces sources sont maintenant taries ou disparues.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *