Durée de lecture : 32 min
Le monument du génocide arménien
Le monument du Génocide des Arméniens.

Il y avait déjà celle-ci dans la ville :

https://lepassedarnouville.fr/stele-de-missak-manouchian-arnouville-1945

M. Martayan nous raconte la construction de cette stèle.

Laissons donc ce spécialiste de nombreux  articles concernant les questions arméniennes s’exprimer.

"Dès 2003, la municipalité d'Arnouville dirigée par M. Michel Aumas prend la décision d'ériger une stèle à la mémoire des Arméniens tombés sous le joug de l'Empire Ottoman en 1915.

Un emplacement situé à la jonction des rues St Just et Jean Jaurès est choisi. C’est un endroit très propice pour deux raisons. Car c’est un quartier où bon nombre d'Arméniens ont habité et habitent encore, selon certains recensements.

En voici un. Puis un second. De plus, il présente l'avantage d'être sur le trajet de l'église apostolique arménienne.

A l’origine, il s'agit d'une ancienne boutique d'environ 25 à 30 m2 faisant partie d'une copropriété mise en vente.

Ce petit local est d’abord le magasin de M. Poitte, chauffagiste. Ensuite, il devient un commerce de vêtements pour femmes. Puis il  reste fermé longtemps avant sa mise en vente.

La mairie se porte alors acquéreur du lieu.

Cette décision consiste à commander et faire venir d'Arménie par bateau une stèle sculptée en tuf. Cette matière est très facile à tailler. Elle durcit à l’air et peut braver les siècles."

Le Maire nomme comme responsable de ce projet le regretté Patrice Balian, (ancien conseiller municipal de 1995 à 2008, décédé brutalement le 27 Mai 2008). Lors de plusieurs voyages en Arménie, M. Balian, entreprend de trouver l'artiste idéal pour sculpter la stèle. Lors d’une visite dans un musée, il a eu un véritable coup de coeur pour les oeuvres de Hratch Karapetian. A son retour, il présente les travaux de celui en disant : "Le style, la sobriété, la qualité de la sculpture correspondent parfaitement aux critères fixés par la municipalité." Celui-ci est très renommé et travaille avec son fils près du lac Sevan, en Arménie.

Le lac Sevan

Après quelques échanges de dessins, le projet est entériné.

Fin mars 2004, la sculpture réalisée en 4 parties arrive à Arnouville.
Entre temps, l'emplacement a été libéré de la construction existante et les employés de la commune s'affèrent à réaliser les fondations.
Elles sont tellement solides qu'on pourrait y construire une tour.

Le sculpteur et son fils aussi sont arrivés en France et hébergés au domicile de Patrice Balian.

Pendant un mois, la construction bat son plein. Les fondations sont faites. Elles forment ainsi une plate forme. Ce socle comporte 3 marches de 15 cm chacune environ.

La base de la stèle.
La base de la stèle a trois marches.

Sur le devant nous pouvons lire la plaque commémorative.
Des barres verticales sortent depuis les fondations et vont traverser toutes les pièces qui seront empilées les unes sur les autres. Vient ensuite le corps sculpté comportant la croix posée sur la base.

Le coeur de la stèle.
Le centre de la stèle.

Puis la flèche est hissée à l’aide d’une grue sur le corps rond de la stèle.

La première partie de la flèche
La première partie de la flèche

On pose la pointe de la flèche.

La pointe de la flèche est posée
La pointe de la flèche est posée

Sitôt les pièces assemblées, le sculpteur intervient sur les joints pour les effacer.

Il a fallu empiler les 4 parties les unes sur les autres en veillant à ce qu'il n'y ait pas de joints visibles. Il s'agissait d'un travail très minutieux. Mais après quelques semaines le résultat est là. La stèle rassemble tous les symboles de l'Arménie.  A savoir: la croix, la grenade et le raisin. L'ensemble fait plus de 4,5m de hauteur.

La commune est chargée de paver le tour de la stèle, de planter autour quelques arbustes et  d'installer devant des grilles métalliques ainsi que de part et d'autre.
L'inauguration est prévue pour le 27 avril 2004. Cette date est très symbolique.

La plaque commémorative.
La plaque pour l'inauguration de cette stèle.

En effet, elle correspond à la date commémorative du 89e anniversaire du génocide.

Assistent à cette cérémonie :

  1. Michel Aumas Maire d'Arnouville,
  2. l'Ambassadeur d'Arménie en France, M. Edward Nalbandian.
  3. Monseigneur Kude Nacachian, Prélat des Arméniens de Paris,
  4. Monseigneur Grégoire Ghabroyan, Eparque de l'Eglise catholique Arménienne.
  5. Pasteur Joel Mikaelian, Eglise évangélique Arménienne.
  6. Voici les représentants des trois églises Arméniennes Apostolique, Catholique et Protestante. Une plaque de marbre avec ces inscriptions est apposée sur l'un des murs à côté de la stèle par les Français reconnaissants, d'origine arménienne.

Grégoire Ghabroyan  est né le 15 novembre à Alep en Syrie.

Monseigneur Ghabroyan
Monseigneur Grégoire Ghabroyan

Il est décédé le 25 mai 2021. En 1986, il a été nommé Exarque de l'église Catholique Arménienne de France par le Pape.
Il se retire en 2013. Il fut du 25 juillet 2015 à sa mort, le patriarche de Cilicie des Arméniens et connu sous le nom de Krikor Bedros XX (Grégoire Pierre XX).

Cette personne était venue à l’inauguration.
Chaque année, des manifestations sont organisées par la municipalité devant cette stèle.

Une des manifestations
Gerbe posée lors d' une manifestation.

Retenons cette citation de Sénèque: "Qui oublie le Passé, ne saurait comprendre l’Avenir".

Stèle à la mémoire du Génocide des Arméniens.

Partagez :

Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *