Durée de lecture : 24 min

Hommes Politiques Locaux ou Personnalités Locales

- Rue Stanislas Bance, maire de la Commune de 1899 à 1929.
En 1891, il tenait une importante minoterie au bourg. Il fournissait la farine aux boulangers des environs et à Paris. Son moulin, mû par l'eau et des moteurs à gaz, comptait 7 paires de cylindres. M. Stanislas Bance fut le 13ème maire de la commune.
Pour la petite Histoire locale, le premier Maire d'Arnouville fut M.Poiret en 1789, à la suite de la révolution, puis en 1790 M.Legendre...
D'autres maires succédèrent pour arriver en 1846, à l'élection de M. Emile Fontaine (père),qui fit don à la ville de 3 bâtiments personnels : un pour en faire une salle de classe, le second était réservé au logement de l'instituteur et le dernier devint la mairie et le logement du garde-champêtre.
Son fils lui succéda de 1871 à 1899. Une longue "dynastie" de cette famille...
En 1899, M. Stanislas Bance fut élu à son tour et resta à la tête de la commune jusqu'en 1929.
Il fut alors remplacé par M.Moitry en 1929. Mais celui-ci décéda et ce fut M.Cordier qui termina le mandat,
En 1934 M. Antoine Demusois devint cette fois le premier magistrat de la ville. (Petit aperçu des principaux édiles de la commune...pour en revernir à M.Bance).
Les trente années de M.Bance en tant que maire furent bien remplies. Il s'employa surtout à développer tous les nouveaux quartiers qui s'étaient développés tout le long de la ligne de chemin de fer, au nord et au sud de la gare ( "Le Cottage, l'Ermitage, la Butte St Blin, le Beau Séjour ...)

Voici quelques unes de ses réalisations, décidées par l'ensemble de son conseil municipal (M.Maillat ayant été son adjoint en 1913).

- Installation d'un éclairage au moyen de pétrole en 1905,
- Installation d'un éclairage au gaz à partir de 1908,
- Création d'un marché à la gare en 1909,
- En 1927, début des travaux d'électrification de la commune,
- Organisation d'une compagnie de Sapeurs Pompiers,
- Installation de boîtes à lettres en 1907 au Cottage et une au Beau Séjour,
- Amélioration des différentes rues de la ville,
- Création en 1911 d'une société musicale appelée "Fanfare l'Alliance d'Arnouville - Bonneuil ",
- En 1911, mise en œuvre d'un Bureau de Bienfaisance,
- En 1912, établissement d'un règlement sanitaire concernant le passage et le stationnement des gadoues et fumiers transportés de la gare dans les champs.

Voici quelques-unes des décisions prises par M. Bance et son conseil municipal.

Rue Antoine Demusois (1885-1968) : maire de la Commune de 1934 à 1947, biographie : plan du site : page 2 : catégorie : personnages locaux. (rue inaugurée en 1977).
Avenue Paul Mazurier (1905-1981) : maire de la Commune de 1947 à 1976, biographie : plan du site : page 2 : catégorie : personnages locaux.
Rue Claude Bigel (1937-2008) : (ex Rue des Chasseurs): maire de la Commune de 1977 à 1998.
Rue Charles Bourlon, adjoint de M.Demusois.
Avenue Claude Maillat,
adjoint de M.Bance: directeur d'école, officier de l'instruction publique. Il fut l'auteur du premier livre rédigé sur la Commune d'Anouville-lès Gonesse, honoré du prix Comartin. La rue fut créée en 1923.
Rue du Docteur Marbot.
Avenue Boutillé.
Allée de l'ARCHET :
en souvenir de Melle Chomet : biographie : plan du site : page 2 : catégorie : personnages locaux.
Square Fernand Piccot (ex place Veuve Ligustro)

Lieux de Batailles évoquant la Guerre 1914/1918

Rue du Chemin des Dames ou offensive "Nivelle" : 17 Avril 1917.
Rue Notre Dame de Lorette (à côté d'Arras) : octobre 1914/septembre 1915.
Rue de l' Ourq.
Rue de l'Yser.
Rue de la Bassée.
Rue de Dixmude.
Impasse de la Pompelle : fort construit près de Reims, pendant la première guerre mondiale.

Morts pour la France

Stéfani Valenti : conseiller municipal, décédé le 11 novembre 1914 des suites de ses blessures reçues à Soissons. Ses obsèques furent célébrées solennellement. Y assistèrent : les autorités municipales, les écoles, toute la population, des détachements des troupes cantonnées dans tout le pays, des vétérans de 1870.
Rue Dubarle André, décédé le 20 juin 1917, des suites de maladies.
Rue Got Marcel.
Rue Levasseur Serge.
Rue du Capitaine Labsolu.

F.F.I. - F.T.P. - Déportés Politiques - Victimes Civiles

Rue Dehasque Roger, (ex rue des Meules, ex.rue du Prix).Ce résistant avait attaqué un camion allemand à Roissy-en-France, le 29 août 1944, dans l'après-midi. Gravement blessé, il est décédé le lendemain dans un hôpital parisien.Il est enterré au cimetière de la Ville. Sur sa tombe, nous pouvons lire la mention:"Mort pour La France 1920-1944".
Avenue Laugère Jean :
Fusillé à Lyon.(ex rue de Gonesse).
Avenue Lizart Pierre :
 Tué au Fort de Stains.(ex avenue Violet le Duc).
Rue Perez Serge :
Tué lors des combats en Normandie et enterré à Lamorlaye.(ex Chemin de la Voie).

Rue Segouin Fernand : fusillé en déportation.
Rue Bergogne Raymond : 
Il est né le 4 janvier 1916 à Paris (14ème). C’est le fils de Jean-Marius Bergogne(1893-1917) et de Marie-Jeanne Lenglet (1895-1980). Il se marie le 21 janvier 1939 avec Marthe Jouin (1915-1996). Il est également le beau-fils d ’Antoine Demusois. Il décède le 5 juillet 1945 à Arnouville-lès-Gonesse au 35 de la Rue Robespierre (ancienne Rue de la Justice Malot)

 Rue Delavault Marcel : déporté.

Rue Levasseur Serge : parachutiste tué en Normandie.

Avenue Garnier Auguste: Déporté et décapité à la hache.
Rue Baudrat Marcel: 
Tué par une balle perdu
Rue des Quinconces. 
(ex Rue Gilles le Roy).
Rue Chichard Roger.
Rue Defontaine Auguste.
(ex Rue de la Passerelle).
Rue Gourrier Robert.
(ex Rue du Panorama).
Rue Lamart Lucien
(ex Rue de la Prairie): Fusillé le 16 août 1944 à la clairière "Des Quatre Chênes" à Domont.
Rue Missak Manouchian ( résistant FTP-MOI : Francs Tireurs Partisans de la Main d’œuvre Immigrée ): Il fut fusillé à 38 ans, au mont Valérien, le 21 février 1944, avec 22 autres de ses compagnons d'armes, dont une femme. Cette dernière fut décapitée. Leurs visages, en médaillon sur un fond rouge, fit l'objet, de la part des allemands, d'une célèbre affiche, dite "l' Affiche rouge", placardée sur les murs de toutes les villes de France. Contrairement aux espérances des instigateurs de cette affiche, celle-ci ne fit que galvaniser encore plus la haine contre l'occupant et l'envie des jeunes à entrer dans la résistance . Tous les ans, la Municipalité rend hommage au groupe "Manouchian" à la stèle érigée dans la Rue Jean Jaurès de la Ville. (ex Rue d'Oran).
Rue André Kleinpeter (1912-1945) :
Né à Viarmes. Il fit parti, comme déporté, du dernier convoi (18 août 1944) d'internement de Compiègne pour Buchenwald. Il décéda le 27 mars 1945 à Bad-Gandersheim (Allemagne).
Rue Albert Lefebvre/ Rond-Point A.Lefebvre : Il s'investit pendant la guerre à faire sauter les voies pour empêcher les trains de munitions venant d'Allemagne, d'arriver au mur de l'Atlantique.

Répertoire des noms de rues d Arnouville

Partagez :

Étiqueté avec :        

8 avis sur « Répertoire des noms de rues d Arnouville »

  • 13 mai 2012 à 11 h 10 min
    Permalien

    Merci beaucoup pour cette réponse si rapide et si précise.

    Christiane

    Répondre
  • 12 mai 2012 à 16 h 07 min
    Permalien

    Bonjour,
    Mes grand-parents ont habité entre 1922 et 1926 au 47 rue du Parc, à la "véranda".
    Je ne trouve pas cette rue sur le plan, a-t-elle été débaptisée ou n'existe t'elle plus?
    Le non "véranda" était-il le nom de la maison ?
    Je vous remercie par avance des précisions que vous pourriez nous communiquer.
    Cordialement
    Christiane

    Répondre
    • 13 mai 2012 à 0 h 53 min
      Permalien

      Chère Madame,
      Veuillez m'excuser pour cette réponse tardive.
      Mais je viens seulement de trouver votre question.
      Je m'empresse de vous donner la solution à votre interrogation concernant le nom de la "Rue du Parc".
      Effectivement, elle n'existe pas sur le plan situé au début de notre article.
      Cette dernière a cependant bien existé.
      Mais maintenant elle porte le nom d' "Avenue St Jst".
      Le quartier s'appelait autrefois "La Fosse aux Poissons".
      Vous pouvez vérifier ces renseignements dans un livre édité par notre "site" sous le titre de "Mémoires en image" Arnouville-lès-Gonesse.
      Cet ouvrage est vendu en librairie, à La Poste de notre Commune, à la FNAC également.
      Nous en possédons encore quelques exemplaires au prix de 15 euros l'unité.
      Je reste à votre entière disposition pour tous renseignements complémentaires.

      Répondre
  • 9 juillet 2009 à 8 h 08 min
    Permalien

    Bonjour Annette, je ne vois pas dans ta liste des noms de rue , la rue Bernard Thuillier et l'allée Édouard Miarka, tu es excusée elle ne sont pas sur les plans elles ont pourtant plus de cinq ans.

    Allez les photos sont sur tu sais quoi ?

    http://arnouvilloise.over-blog.com/

    Bises amicales 😎

    Répondre
  • 20 mai 2009 à 15 h 06 min
    Permalien

    Nouvelles explications :

    "Le hameau d'Arnouville", (sur le plan n°31 et n°32) appelé à l'origine "Maisons de ville", est situé dans la partie "Le Bourg", secteur le plus ancien d'Arnouville-lès-Gonesse.

    Pour garder les premiers noms des rues de l'époque, on a baptisé les ruelles de ce lotissement :
    - Allée des Meules,
    - Allée de la Faisanderie,
    - Allée des Semailles,
    - Allée du Potager,
    - Allée des Maraîchers,
    Une façon de ne pas oublier "Notre passé"

    Répondre
  • 4 mai 2009 à 14 h 46 min
    Permalien

    Préicsions quant aux noms des rues :

    Rue Lucien Lamart,
    Rue Auguste Defontaine,
    Rue Robert Gourrier.

    Ils furent tous les trois arrêtés le 15 Août 1944, avec 8 autres personnes, en représailles de la mort de 2 soldats allemands.
    Une patrouille de soldats allemands et de miliciens français a été chargée d'effectuer la rafle dans la région.
    Ces 3 F.F.I. de notre commune furent conduits à "La clairière des 4 chênes" à Domont et fusillés le lendemain 16 Août.

    Ces renseignements nous ont été fournis par M. Gilles Primout.
    (Vous pouvez consulter son site sur internet pour avoir plus de détails encore quant à la libération du VAL d'OISE en 1944.)

    Répondre
  • 17 avril 2009 à 16 h 00 min
    Permalien

    Merci à Roger Paulin pour son information le "Chemin des cressonnières".

    Trois éléments ont joué un rôle important dans la prospérité ancienne de la région : le limon des plateaux qui fournissait des terres agricoles fertiles propices à la culture des céréales, et les sables de Beauchamp dont les nappes aquifères ascendantes sont à l'origine de nombreuses sources apparues au contact des marnes et caillasses, sur le flanc descendant vers le "Croult".
    Cette abondance d'eau a permis au fond de la vallée des cultures maraîchères, notamment des cressonnières.
    La plupart de ces sources sont maintenant taries ou disparues.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *