Durée de lecture : 27 min

Attardons-nous encore sur quelques affiches ou cadres sous verre.

Histoire d'un ancien poilu
Histoire d'un ancien poilu

Cette photo. d'un soldat avait été jointe à une carte postale expédiée pour l'anniversaire de sa mère. Hélas, ce brave Poilu, dont nous ne connaissons pas le nom, est décédé le lendemain, juste avant que sa maman ne reçoive sa missive.

Maintenant, observons quelques belles vitrines. Regardez ces beaux instruments de musique, ces décorations.

Les instruments de musique pendant la guerre
Les instruments de musique pendant la guerre

Les bleuets, comme les coquelicots continuaient à pousser dans la terre ravagée des tranchées de la Grande Guerre. Pour les Poilus, ces fleurs étaient le seul témoignage de la Vie qui persistait malgré les bombardements et les gaz de combat. Elles étaient aussi la seule note de couleur dans la boue uniforme des tranchées.

- A 15h30, un concert est prévu. Il faut d'ailleurs rajouter des chaises, tellement les auditeurs étaient nombreux.

Tout d'abord, l'orchestre "Piu MOSSO" se produit. Ou plutôt, se reproduisit, puisque nous l'avions déjà entendu l'an passé. Mais cette fois, des partitions sont distribuées aux personnes présentes. Elles devaient reprendre en chœur certains airs, tels que : Sous les ponts de Paris (version 1914), La petite Tonkinoise (version 1906).

Grâce à cette vidéo, vous pouvez voir une nouvelle fois notre château et son magnifique parc si bien fleuri à cette époque. Un tour d'horizon de notre exposition vous est également proposé. Il vous permet de voir les affiches, les vitrines que nous ne pouvons pas mettre toutes sur notre site.

Le credo patriotique pour les soldats
Le credo patriotique pour les soldats

Nous vous signalons plus particulièrement tous les objets fabriqués par les soldats, quand ces derniers n'allaient pas au combat.

Arnouville le 21 Septembre 2014

Puis à cet orchestre, succède un groupe "Les Rouges-Gorges". Pourquoi ce nom choisi par ces chanteurs? En regardant cette seconde vidéo, vous trouverez certainement la solution.

La Chorale Rouges Gorges 21 09 2014 à Arnouville

- Après ces 2 belles prestations musicales longuement applaudies, Denis Watel devient le conférencier. Il convie ceux qui le souhaitent à visiter tout d'abord le salon.

Le conférencier des journées du patrimoine
Le conférencier des journées du patrimoine

Dans ce dernier se trouve le célèbre piano de Fauré, entièrement restauré. Pour mémoire, depuis novembre 2013, cet instrument de musique a retrouvé son aspect initial, alors qu'il avait été sérieusement endommagé, par un très long séjour, soi-disant dans un hangar. Mais dans la réalité, il n'avait été remisé que quelques mois dans un poulailler, au cours de la dernière guerre. Il fallait alors absolument le protéger. Voici ce que les Responsables actuels de l'ITEP nous ont récemment relaté. La restauration du piano était estimée à 35 000€. Comment trouver cette importante somme? Très rapidement, Le Député-Maire de Sarcelles, François Pupponi, fit savoir qu'il offrait 30 000€. Il les prenait sur sa réserve parlementaire. Quel beau geste!

Le piano de Fauré restauré
Le piano de Fauré restauré

C'est peut-être sur un mur de ce salon que sera, un jour prochain, accroché le tableau dont nous avions commencé à vous parler au début de cet article. Reprenons donc le fil de son histoire.

Le tableau retrouvé du maire d'Arnouville Charles Henri de Machault
Le tableau retrouvé du maire d'Arnouville Charles Henri de Machault

Charles-Henri de Machault fut Maire d'Arnouville en 1823. Son portrait lui fut offert par les habitants de la Commune en reconnaissance de sa protection active lors de la présence de troupes en 1814 et 1815. Un cartouche sur ce tableau indique tout ceci. Cette œuvre d'art mesurant 110cm/140cm a été récemment découverte par M. Vincent Prunchnicki, un historien passionné par notre château. Il n'a pu résister à la tentation d'en faire l'acquisition, lors d'une vente aux enchères dans le Sud-Ouest de la France. Il l'a acheté sur ses deniers personnels. Son souhait le plus cher : voir ce tableau revenir dans sa commune d'origine, lui qui est déjà l'auteur d'un livre sur notre château. Pour que son vœu se réalise, il lui faudrait trouver un généreux mécène. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant.

Denis Watel conduit ensuite son groupe de visiteurs vers la chapelle.
Chacun peut bénéficier des commentaires précis de leur conférencier.

La visite terminée, chacun regagna L' Orangerie, après avoir jeté un dernier coup d’œil au dôme de la chapelle du château de Jean-Baptiste de Machault. Il convient de rappeler que la chapelle et la façade de L' Orangerie sont maintenant inscrites à l'inventaire des Monuments Historiques.

Pour illustrer cette exposition, nous vous suggérons de visiter

Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux

Le Musée de la Grande Guerre ouvre ses portes à Meaux

Remerciements : Je tiens à remercier  J.L.Brac pour son article dans le journal L'Echo régional, E.Lhomeau pour son article dans le journal Presse Océan, G.Pentecôte pour nous avoir fait parvenir les deux premières vidéos, toutes les personnes de notre site d'Histoire locale, sans qui vous n'auriez pas toutes ces affiches ou vitrines. Merci à tous! 

Les Journées Européennes du Patrimoine 2014

Partagez :

Étiqueté avec :            

5 avis sur « Les Journées Européennes du Patrimoine 2014 »

  • 15 octobre 2014 à 10 h 36 min
    Permalien

    Merci de faire vivre si joliment la mémoire de nos anciens, ça me rappelle les récits d'un merveilleux pépé Charles qui habitait rue St Just, à 2 ou 3 pavillon de l'imprimerie Baudry vers 1978. J'adorais manger de bonnes frites maison chez lui le mercredi midi et l'écouter me narrer ses souvenirs des 2 guerres, la plus saisissante restant la dure vie des poilus .... Belle initiative

    Répondre
    • 16 octobre 2014 à 13 h 55 min
      Permalien

      Bonjour Monsieur,
      Nous vous remercions pour votre commentaire.
      Vous avez beaucoup de chance d'avoir connu une personne pour vous raconter ses souvenirs des deux guerres.
      Si vous vous rappelez de ceux concernant les POILUS, pourriez-vous nous en faire part?
      Ils nous intéressent beaucoup.
      En montant cette exposition, nous avions deux objectifs.
      Nous souhaitions laisser un témoignage de cette affreuse guerre.
      Nous voulions aussi sensibiliser la jeune génération à cette période souvent peu connue.
      Il est tellement important de savoir ce qui s'est réellement passé à cette époque.
      Donc nous comptons sur vous ou sur d'autres lecteurs.

      Répondre
      • 23 octobre 2014 à 11 h 57 min
        Permalien

        Le plus terrible était les récits de 14-18 lorsque dans les tranchées recouvertes par leurs compagnons d'armes morts et gelés pour tenter de survivre, ils mangeaient des rats car n'étaient pas ravitaillés au front ..... Restés coincés des jours et des jours, ne pouvant sortir car tirs ennemis en face ils attendaient la mort ... Mouillés, transit, affamés et seuls au combat pendant que les officiers étaient à l'arrière ..... Mais ces récits sont connus au travers des médias, et bien lointains !

        Répondre
        • 23 octobre 2014 à 16 h 27 min
          Permalien

          Bonjour Monsieur,
          MERCI beaucoup pour ce nouveau commentaire.
          Le culot d'obus contenant les coquelicots et les bleuets nous a été prêté par le petit-fils d'un ancien soldat vosgien.
          Ce dernier s'était engagé à l'âge de 18 ans.
          Il fut affecté à Verdun, l'un des lieux les plus terribles de cette longue guerre.
          A son retour, il racontait à sa famille tout ce que vous nous dites.
          Sachez qu'il fut laissé 3 fois pour MORT.
          Mail il eut la présence d'esprit de se cacher sous les cadavres de ses AMIS.
          Ainsi il put rapporter à sa famille ce culot d'obus, ainsi que ses différentes médailles.
          Maintenant ses petits-enfants conservent TOUT cela très précieusement.

          Répondre
  • 9 octobre 2014 à 21 h 20 min
    Permalien

    Merci pour ce bel article sur les journées du patrimoine. Je n'ai malheureusement pas pu m'y rendre et je le regrette vraiment quand je vois le travail que vous avez effectué pour rendre hommage à nos soldats morts pour la France et bien sûr aux infirmières.
    J'ai écouté, encore une fois grâce à vous, les vidéos des chorales qui se sont déplacées pour cet événement.
    Merci également à M. Got pour le prêt de ses anciens véhicules magnifiques.
    La ville d'Arnouville peut être fière de son magnifique château !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *