Durée de lecture : 22 min

Au château d'Arnouville un revenant

Certes, une façon humoristique de vous annoncer " Un piano... retrouvé " dans un hangar !

(cf. article du "Parisien")

On a retrouvé le piano de Gabriel Fauré
Et pas n'importe quel piano : celui de Gabriel Fauré !
Un piano remisé dans un hangar, qui l'aurait imaginé?
Dans un Château : on pense plutôt à des souterrains, des portes dérobées, des oubliettes, des greniers hantés...

La rumeur courait en effet qu'un souterrain y existait : il partait devant le Château et reliait la ville de Saint Denis, grâce à un large passage permettant à un carrosse de circuler facilement!
De quoi intriguer tout le monde!

Alors pour en avoir "le cœur net ", les membres de notre association ont fait  venir les Pompiers de Villiers-le-Bel. Ces derniers sont partis en expédition pour découvrir en réalité une galerie contenant une grosse canalisation d'eau!

Celle-ci servait à déverser les eaux usées du Château dans le ruisseau tout proche, tout simplement...Un tout-à-l'égout en avance pour son temps!
Mais revenons à "nos moutons" ou plutôt aux touches de notre piano : comment se fait-il que l'on ne parle de lui que maintenant? Pourquoi ne pas l'avoir  sorti "des oubliettes" plus tôt?

Il trônait dans la salle à manger du Château depuis...au moins 1985!
Alors  pourquoi a-t-on mis si longtemps avant de s'intéresser à Toi, pauvre piano! Mais, ne t'inquiète pas, tu deviens maintenant un véritable centre d'intérêt !
Un concert pour redonner vie au piano de Gabriel Fauré

Un récent concert donné en privé a eu lieu récemment à l'église St-Denys en ta faveur, après ta  présentation officielle au Château ...

Dommage que cette manifestation ne fût pas connue de tous les Arnouvillois en temps utile, les premiers dons pour ta restauration auraient été plus nombreux...

Mais nous apprenons qu'un généreux mécène de Sarcelles va verser l'intégralité de ta réparation !
Merci à ce dernier!

Le député finance pour la restauration du piano de Gabriel Fauré

Bientôt, nous pourrons fermer les yeux et nous aurons l'impression d'entendre Gabriel Fauré jouer ses morceaux favoris.
Quelle aubaine de faire connaître aux jeunes de la belle musique!  Plus de "bémol" cette fois...mais un régal pour leurs oreilles...
En attendant, vous pouvez  retrouver la maison la maison de Mme Hérold, créatrice de l' A.B.N.G, citée dans l'article de journal ci-dessus.
Cette maison située en Ardèche fut un véritable lieu culturel où se retrouvèrent de nombreux artistes, musiciens, écrivains, peintres...
Venez découvrir un livret dédié à cet endroit lors de l'exposition des "Orchidées".
Mieux encore : lors des "Journées européennes du Patrimoine" l'ensemble de clarinettes "Piu Piu Mosso" jouera des extraits du "Pré aux Clercs" de Ferdinand  Hérold et bien sûr ...du Gabriel Fauré, à n'en point douter!

D'où l'art d'honorer et la Famille Herold, et Gabriel Fauré.

Complément d'enquête :

Nous apprenons sur "Le magazine d'Arnouville" n° 43 du mois de juin que ledit "piano" était remisé en définitive dans un poulailler du Château. (Cf. document ci-joint).

Une association veut redonner vie au piano de Gabriel Fauré

Comme dans toutes les scènes d'investigations, les éléments se précisent : nous sommes passés du hangar (Cf: 1er document) à "un dortoir à poules et à coqs"!
Ce piano aurait-il servi de perchoir à tous ces volatiles, bien serrés les uns contre les autres pour s'endormir?
Le matin, en signe de réveil, ne "jouaient-ils" pas tous ensemble "la comédie musicale de Camille Saint-Saëns, créée en 1886, intitulée : "Le carnaval des animaux" ?
Un véritable caquetage de la volaille, grâce à la participation des clarinettes...qui, par leurs sons volontairement discordants, avaient entrepris, dès cette époque, de nous alerter de la présence du piano à cet endroit.

Histoire du piano de Gabriel Fauré- Le Parisien

Maintenant, leurs caquets nous sont parvenus et nous indiquent même comment faire un don pour avoir  "des poules aux oeufs d'or"...

Piano de Gabriel Fauré chante à nouveau

Et, à votre bon cœur "Messieurs, Dames"...Qui gagnera la première touche du piano ?
Les premiers arrivés seront les mieux servis : il risque de ne pas y en avoir pour tout le monde!

Les touches du piano de Gabriel Fauré

Un "revenant" dans notre Château ?

Partagez :

Étiqueté avec :                            

36 avis sur « Un "revenant" dans notre Château ? »

  • 2 août 2012 à 11 h 52 min
    Permalien

    Bonjour,
    merci encore je vais lire ce livre .

    Répondre
  • 29 juillet 2012 à 19 h 28 min
    Permalien

    Les jours derniers, j'avais envoyé différentes photocopies à M. Fourel.
    Ces dernières étaient des extraits de différentes revues.
    - Toutes les anciennes cartes postales concernant le Château, du livre édité par les Editions Sutton "Mémoire en Images", Arnouville-lès-Gonesse.(Couverture du volume visible sur notre site).
    - Des textes, des vues, des plans avec leurs explications, le tout tiré du 1er livret écrit par "Arnouville et son Passé" sous le titre "Promenade à travers l'Arnouville du XVIIIe siècle".
    - Différentes pages de la revue "Patrimoine en Val de France" où nous écrivons chaque année.
    Monsieur Fourel a apprécié tous ces documents et vient de nous remercier personnellement en nous écrivant un témoignage instructif et très émouvant.
    MERCI Monsieur Fourel, et à bientôt pour lire le livre de Vincent Pruchnicki.
    Vous ne serez pas déçu puisque vous y retrouverez votre Château, votre ancienne école, avec le beau mobilier et les objets d'art, que certes, vous n'avez pas connus et hélas, nous non plus.

    Répondre
  • 29 juillet 2012 à 18 h 40 min
    Permalien

    Bonjour,
    J'ai bien reçu vos documents qui m'ont retracés mon parcours (du combattant dans mon parachutage à Arnouville).
    Comme quoi j'ai appris beaucoup de choses sur l’existence de ce château il aurait sans doute pu être plus grand encore et plus majestueux mais j'ai vécu dans ce château tel quel.
    il manquait le canal et son étang et aussi le parc anglais remplacé par une forêt.mais c'était déjà une vie de château.
    Je vois que c'est une entraide universitaire qui a remplacé l'ABNG de nos pauvres soldats de 14/18 donc la suite de Monsieur Hérold est assurée.
    Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi on associait Ermenonville/Arnouville qui est devenu maintenant Arnouville.
    J'ai eu une grande chance d'avoir été pensionnaire au château sans avoir eu un handicap profond grâce à cela je m'en suis "tiré" j'ai réussi ma vie courageusement d'autres n'ont pas eu la même chance que moi j'en suis sûr (je l'avais appris par de anciens copains)
    C'est pas facile d'oublier ses camarades mais comme certains étaient condamnés il y a que comme ça qu'on peu oublier, cela veut dire prendre ses ailes et ne pas regarder derrière , avancer toujours avancer ,foncer vers le bonheur.
    En revenant vers son château on peu se heurter à son vécu ses souvenirs se rappelant de belles images mais celles-ci sont changées, ternies quand il faut retourner là bas.
    J'ai beaucoup appris l'histoire de France Louis XVIII revenait sûrement de l'est (Autriche) après la débâcle de Napoléon en Russie
    je suis fier d'avoir été dans ce château privilège de notre ancienne monarchie joyaux de notre pays la France
    Amicalement votre
    Patrick Fourel

    Répondre
  • 9 avril 2012 à 12 h 33 min
    Permalien

    Bonjour,
    je vais essayer de venir à Arnouville les 2/3 juin.
    Patrick Fourel

    Répondre
    • 9 avril 2012 à 16 h 12 min
      Permalien

      Il faudra nous prévenir si vous pouvez venir.
      Un petit "mail" quelques jours avant sera bien utile, car nous ne serons pas à demeure à l'exposition.
      Amitiés à vous.

      Répondre
  • 4 avril 2012 à 11 h 37 min
    Permalien

    Bonjour,

    Merci pour votre commentaire.
    Donc ce château est en travaux et a déjà eu des travaux dans ces dernières années, c'est la raison pour laquelle on n'avait pas trouvé ses anciens poulaillers.
    40 ans ont passés c'est normal que ça évolue l'institution aussi.
    Je suis domicilié à Rennes je verrais si un jour je pourrais m'évader à Arnouville(Lés-Gonesse figure toujours dans les dictionnaires).
    j'ai trouvé le nom exact du chanteur "Roger Allone" son nom est monsieur Bélaud.

    Voici une liste que j'ai retenue de mes anciens camarades de 1968/1971 cette liste est incomplète il manque pas mal de gars mais la mémoire est vicieuse ce n'est pas facile de se rappeler depuis ce temps là,vous remarquerez qu'on s'appelait par son nom propre.

    Ducret/Piat/Cardinal/Stauffer/Gonzales/Dubost/Lefèvre/Lefranc/LambertT/Saint-Cyrel/Merien/Jacquelin/Lefeuvre/Lecalvez/Monnier/Vannier/Martinais/Vinatier/Prat/Belleville.

    Si cela pouvait relancer quelques uns on sait jamais.je sais que j'en ai perdu mais c'est la vie.
    Je suis à disposition pour ces internautes qui se présenteront.

    Patrick Fourel

    Répondre
    • 8 avril 2012 à 0 h 15 min
      Permalien

      Bonsoir Monsieur Fourel,
      Je savais bien que vous aviez une excellente mémoire.
      Vous voyez, vous avez retrouvé beaucoup de noms de vos camarades.
      Si à votre époque, il y avait eu des photos, elles seraient sur le site nommé "Copains d'Avant".
      Mais cette fois nous allons l'appeler "Copains d'Après"!

      Et cela tombe bien puisque les 2 et 3 juin 2012 une exposition est organisée dans les jardins du Château.
      Tous les abonnés vont recevoir cette nouvelle information de la manifestation.
      Ils liront certainement tous nos propos.

      Rennes, votre Ville, n'est pas très loin.
      Peut-être pourriez-vous profiter de cette occasion pour revenir voir ce fameux "Revenant" , le piano, qui nous a permis de faire connaissance.
      Nous ne manquerions pas cette fois de prendre des photos.
      Il se pourrait même qu'une vidéo soit tournée, comme celle du concert donné lors de la découvertes du piano.

      Cela serait formidable si nous étions filmés ensemble.
      Pour le moment j'attends l'autorisation de Mme Droulou, la Directrice de l'école, afin de prévenir ce journaliste.
      J'attends donc votre réponse, pour savoir si vous avez la possibilité de venir.
      Je vous quitte en vous souhaitant de bonnes fêtes de Pâques.
      Peut-être à bientôt?
      Annette Vidal

      Répondre
  • 24 mars 2012 à 12 h 15 min
    Permalien

    Suite :
    En fait, Vous ne m'avez pas dit ou? Et dans quel poulailler se trouvait le piano de G. Fauré ?

    Répondre
    • 25 mars 2012 à 23 h 23 min
      Permalien

      Bonsoir Monsieur Fourel,
      Avant de répondre à tous vos derniers commentaires fort intéressants, j'ai une proposition à vous faire.
      Puisque vous souhaitez retrouver d'anciens camarades de classe, vous devriez en nommer quelques uns comme vous le faites pour vos anciens professeurs.
      Notre site est lu à travers la France, vu toutes les questions que nous recevons, peut-être un ancien élève se reconnaîtrait et répondrait à son tour.
      Que pensez-vous de cette idée?

      Répondre
    • 26 mars 2012 à 21 h 33 min
      Permalien

      Bonsoir Monsieur Fourel,
      Des problèmes techniques m'ont empêchée de vous répondre plus rapidement, excusez-moi de ce retard.
      Revenons à cette histoire poulailler.
      J'ai relu tous les articles de presse placés dans le texte initial.
      Peut-être faudrait interroger les auteurs de ces derniers.
      A aucun endroit, je n'ai lu que le piano avait été trouvé dans un poulailler.
      Par contre, dans l'un de vos commentaires, vous parlez d'une ferme située en haut de l'escalier.
      De nos jours, à l'angle de la Rue du Colonel Driant et de de la Rue du Ratelier, il y a bien une maison particulière avec un jardin où picorent des volailles.
      Cela correspondrait-il à ce qui pour vous est le poulailler?
      A bientôt pour avoir votre avis ainsi que pour ma proposition inscrite ci-dessus.

      Une dernière précision : il n'y a que des garçons dans cette école, comme de votre temps.
      Ils sont une quarantaine actuellement.
      La mixité n'a jamais existé.

      Répondre
      • 27 mars 2012 à 10 h 27 min
        Permalien

        Bonjour,
        En fait autrefois là avant 1971 derrière les cuisines et derrière l'orangerie il y avait un long et difficile escalier bétonné qui montait : arrivé en haut et en face une grande maison celle de Monsieur et Madame Lancorce, ici on abattait les poulets pour les revendre ainsi que les œufs qui étaient produit par une dizaine de poulaillers situés au fond à gauche toujours après avoir gravi cet escalier.
        peu être que maintenant c'est autre chose.
        il n'y avait pas de rue.juste une maison haute puis un bûcher avec ses poulaillers sur une butte. Le château en bas.
        Ok donc la mixité n'a jamais eu lieu

        Répondre
        • 1 avril 2012 à 10 h 28 min
          Permalien

          L'escalier un peu raide, dont vous parlez pour monter au serres, existe toujours.
          Il est situé vers la gauche de l'Orangerie.
          Mais votre description des alentours est bien différente maintenant.
          Nous apercevons, depuis les serres, notre salle de fêtes, appelée salle "Charles Aznavour", décrite sur notre site.
          Comment sera l'ensemble du secteur, après la construction des nouvelles serres et la construction d'un nouvel internat, je ne le sais pas exactement.
          Je ne connais pas les plans de tous ces nouveaux éléments.
          Je crois savoir qu'au Château il n'y aura pas de manifestations cette année, à cause de ces travaux.
          Nous sommes déjà prévenus par La Directrice Madame Droulou et Monsieur Aufrère son adjoint, que nous ne pourrions pas y avoir accès lors des "Journées du Patrimoine 2012", début septembre.
          C'est pour cette raison que notre "Club d'Histoire" projette de donner un concert dans l'église St-Denys, située juste à côté.
          Cette manifestation sera d'ailleurs annoncée, en temps utile, sur notre site.
          Puis dès que nous serons à nouveau invités par la Direction, je ne manquerai pas de prendre des photos de toutes les nouvelles constructions, si bien sûr nous en avons l'autorisation.
          Je les mettrai alors en écrivant un nouvel article et ainsi tous nos Lecteurs en seront informés.
          Je pense avoir répondu à l'ensemble de vos questions.
          Mais je reste à votre entière disposition pour toutes autres précisions si vous le souhaitez.
          Bonne continuation à vous pour lire l'ensemble de nos articles et à les commenter.
          Cela permet de faire vivre ce site lu par de très nombreuses personnes.

          Répondre
  • 23 mars 2012 à 23 h 10 min
    Permalien

    Pour en revenir à notre histoire de piano : comme Patrick Fourel, je confirme l'avoir vu au pied de la rampe d'escalier dans le hall.
    Il a été placé par la suite dans la salle à manger située sur la gauche dudit escalier.
    Il s'y trouve d'ailleurs encore maintenant.
    Mais il n'est pas encore en état de marche.

    A priori, Gabriel Fauré ne donnait pas de concerts sur cet instrument.
    Il lui servait seulement pour répéter ses morceaux de musique et en composer d'autres.

    Actuellement la Direction du Château accepte que de temps en temps "Le Conservatoire de Musique" de la Ville donne une prestation musicale.
    Cette dernière nous est annoncée sur la feuille mensuelle éditée par la Mairie.

    Je reviendrai plus longuement sur la maison située en Ardèche et appartenant à Madame Hérold.
    Je vous dirai les noms des nombreuses personnalités ayant fréquenté cette demeure, mais plus tard pour ne pas mélanger tous les sujets évoqués par Patrick notre nouvel Historien.

    Répondre
  • 23 mars 2012 à 22 h 35 min
    Permalien

    Tout d'abord, Merci à Patrick Fourel qui a une mémoire "d'éléphant" ou presque...!
    Le nom de Monsieur Brand me dit aussi quelque chose.
    Il me semble l'avoir connu du temps où Monsieur Renaud était le Directeur du Château et que j'assistais au conseil d'administration de l'établissement.

    Répondre
    • 24 mars 2012 à 12 h 12 min
      Permalien

      Bonjour,
      Monsieur Brand était éducateur spécialisé à l'orangerie au 1er étage.
      il avait son appartement au 1er à droite quand on était arrivé au bout de l'escalier.
      l'appart. du second éducateur de gauche était à M.(un gars éducateur qui s'était surnommé Roger Allonne lors du plateau à la maison de la chanson de Paris en 1970, il a fait un disque)
      M. Brand on le prenait pour le directeur car il avait lui aussi une Citroën DS ( même plusieurs pour faire chic.
      c'est lui qui préparait avec nos camarades les stands lors de Noel et aussi de la grande fête de clôture de remise des prix et lors des animations musicales données par Mademoiselle Chomet et sa pianiste qui elle jouait sur le piano de Fauré.
      Enfin c'est un voleur car pour faire les étalages lors des fêtes il ne m'a jamais rendu mon bouquin qui décrivait toutes les techniques d'assemblage du bois de décorations et tout ce qui lui a permis le prestige.ce livre venait de mettre offert il y avait à peine 3 semaines je n'ai jamais pu le lire.
      Voilà l'histoire bien gravée de M. Brand.
      Educateur assez spécial il riait malicieusement comme la pluie et le beau temps.
      P. Fourel

      Répondre
  • 22 mars 2012 à 18 h 08 min
    Permalien

    Bonjour à tous,
    Ça il y ait, je me rappel après + de 40 ans alors que la mémoire flanche
    entre 1968 et 1971 nous avions comme dirigeants
    Monsieur Hérold, propriétaire du château dirigent
    Monsieur Renaud, directeur
    Monsieur Casanova, directeur adjoint stagiaire (en 1970:1971)
    Monsieur Pergault, mon prof de travaux dirigés généraux(horticulture, floriculture, agriculture, législation rurale, pépinière, chimie horticole, botanique, machines agricoles, pépinières,etc.. Sans compter maths, grammaire, Français, histoire-géo,tous ce qui se rapporte au certificat d'études).
    Mademoiselle Chomet, ma prof de chant de flûte de solfège
    Monsieur Pichot, chef des travaux pratiques floriculture puis culture maraîchaire
    Monsieur Crête, son second
    Monsieur Briand, son second
    Monsieur Lancorce, culture agricole et fermière
    Monsieur Brand, mon éducateur au 1er à l'orangerie
    Monsieur Nguyen, mon éducateur sportif
    voici pour ceux dont la mémoire flanche cela pour la période de 1968/1971. à vos crayons PATRICK FOUREL.

    Répondre
  • 22 mars 2012 à 11 h 50 min
    Permalien

    J'aurais aimé faire partie de l'expédition qui l'a trouvé !

    Répondre
    • 26 mars 2012 à 21 h 44 min
      Permalien

      Comme vous, j'aurais aimé être présente lors de la découverte de ce piano.
      Mais je ne l'ai su qu'en lisant les articles qui sont sur le site et que vous pouvez agrandir pour mieux les lire.

      Répondre
  • 9 janvier 2012 à 20 h 05 min
    Permalien

    "Bel Inconnu", caché sous votre capuchon! Mais je vous ai démasqué...car je vous connais depuis si longtemps!
    Non, vous n'êtes pas "le Revenant du Château"!
    Merci surtout pour nous faciliter les réponses aux commentaires grâce à votre extension!

    Répondre
    • 23 mars 2012 à 17 h 04 min
      Permalien

      Bonjour,
      C'est moi!!!
      Oui j'ai re-lu l'histoire du piano retrouvé de Gabriel Fauré cela dans un poulailler.
      voilà, moi quand j'étais là au château de 1968/1971 le piano (clavecin) était bien sous l'escalier dans le hall.
      Quand je travaillais à la ferme (en haut de la bute qu'on montait par un grand escalier bétonné là il y avait des poulaillers tout au fond à gauche,l'habitation en face
      Est-ce là que ce piano a été retrouvé?
      Je ne vois pas d'autres poulaillers ailleurs ;
      Sauf que quand j'ai quitté le château, il y a eu sûrement une révolution au château pour le voir prendre la poudre d'escampette! Pour l'emmener dans ce poulailler!! Hein?

      Répondre
    • 23 mars 2012 à 17 h 24 min
      Permalien

      Suite :
      Comme certains anciens ou anciennes du château qui ont fait leur parcours à Arnouville-(lés-Gonesse), j'aimerais bien que d'autres internautes mais pas toujours moi, prennent leur plume pour nous raconter ce qu'est devenu l'enseignement, la vie après mon passage au château (1971).
      Il parait que la mixité s'est installée ?(après mai 68 bien sûr).qu'avez vous changé? qu'apprenez vous?que devient ce château?
      Là en ce moment peu de personne en parle
      Il faudrait qu'on nous dicte ce qu'à été l’après 1971 et aussi aujourd’hui.
      Merci aux courageux qui répondront.
      Patrick Fourel

      Répondre
  • 9 janvier 2012 à 19 h 52 min
    Permalien

    Bonjour,
    Je ne vous connais pas, mais après avoir fait trois années à Arnouville
    je crois qu'il serait bon de se laisser philosopher librement comme dirait Voltaire.

    Répondre
  • 4 janvier 2012 à 19 h 49 min
    Permalien

    Bonjour,
    J'ai connu mademoiselle Chomet, elle était mon prof de chant de flûte et de musique.
    On devrait lui rendre un grand hommage car elle était très sympa très très musique qu'elle en à créer la 'bonne nouvelle' à chaque Noël et nouvel an, c'était un régal, elle nous récompensait par des voyages lyriques à la salle Pleyel de Paris.
    Moi j'étais des soixante-huitards élève de 1968 à 1971, rappelez-vous de Gaulle, Pompidou.
    On y croyait dans le jardin les même voitures que ces présidents.
    C'était fabuleux on y oubliait carrément sa famille c'était plutôt notre deuxième famille.
    Patrick Fourel

    Répondre
    • 4 janvier 2012 à 20 h 19 min
      Permalien

      Je suis un ancien d’Arnouville et aussi élu président par ma promotion de 1968/1971.
      J’ai des souvenirs de cette période mais pas de photos en avez vous conservées? Merci

      Répondre
      • 4 janvier 2012 à 20 h 20 min
        Permalien

        Bonjour Monsieur,
        Pourriez-vous me dire dans quel groupe scolaire vous avez fait vos études?
        Vous êtes Président de quelle promotion?
        Où habitiez-vous à Arnouville?
        Ainsi cela me permettra de faire des recherches plus facilement. Dans l’attente de vous lire, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.
        Annette Vidal.

        Répondre
        • 4 janvier 2012 à 20 h 21 min
          Permalien

          Je suis arrivé à l’ABNG d’Arnouville car j’étais malentendant en 1968 et je suis parti en juin 1971 j’étais apprenti horticole au château.
          Mon prof était Monsieur Pergeault pendant 3 ans le directeur était Monsieur Renaud.
          J’ai passé le BAA option floriculture en 1971 puis le certificat d’étude agricole la même année.
          J’ai même réussi le certificat d’études primaire que j’ai passé à l’école de Gonesse (épreuves et tests).
          J’ai été primé c’est moi, qui ai raflé tous les prix cette année là (1971).
          Enfin j’ai été nommé président des anciens élèves de l’ABNG en partant en 1971 après vote de mes camarades , je n’ai pu exécuter ce mandat car je ne pouvais me déplacer.
          une chose encore, le piano de Ravel (Fauré) à cette époque là, était toujours dans le grand hall du château sous l’escalier principal notre prof de musique Mlle ????
          Je ne me souvient plus du nom avait le droit de l’utiliser aux fêtes de fin d’année car on faisait des concerts monsieur le Maire et Monsieur Hérold y assistaient.
          Si je pouvais obtenir des photos et autres info je vous en serais reconnaissante .

          Répondre
          • 4 janvier 2012 à 20 h 24 min
            Permalien

            Cette formation est toujours enseignée actuellement aux 40 élèves qui y sont.
            Le nombre de ces derniers a dû fortement baissé par rapport à votre temps.
            Mais les normes de sécurité ont obligé la Direction à ne prendre que très peu de jeunes.
            Maintenant, de nouveaux dortoirs sont en construction, les salles de classes doivent être rénovées ainsi que le réfectoire, situé dans l'Orangerie (de votre temps aussi ?)
            Sur ce site, dans les commentaires j'en parle.
            J'ai bien connu M.Renaud.
            Moi même, j'ai enseigné 10 ans à l'école Claret à Gonesse.
            Ensuite je suis devenue directrice d'école 10 ans à Sarcelles et j'ai fini ma carrière à Arnouville (8 ans), à l'école Casanova à Arnouville.
            Je suis à la retraite depuis 2001.
            Toutes mes félicitations pour ces succès, mais pourquoi ne pouviez-vous vous déplacer?
            Une suggestion de nom : Mlle Chomet (article sur cette dame visible sur le site)
            Je pense que le maire de cette époque était M. Paul Mazurier (sa vie est aussi racontée sur le site).
            Un détail que je n'ai pas inscrit lors de mon commentaire sur le piano, que comme vous, j'ai toujours vu dans le grand hall sous l'escalier : au nouvel an quand nous déjeunions dans la salle à manger, le menu invariable était un pot au feu !
            La suite demain...pour le réveillon !
            J'adore l'humour...

          • 4 janvier 2012 à 20 h 27 min
            Permalien

            Meci de m'avoir répondu,

            Oui nous etions à l'orangerie à l'étage c'était divisé en quatre dortoirs une salle de révision à l'est ou j'étais , puis une à l'ouest avec salle de révision de cours qui servait aussi de salle de repos

            nous étions 10 par dortoir le rez de chaussée était notre salle à manger mais aussi pour tous les pensionnaires du grand château.

            Monsieur alain Brand était notre seul mono il avait tout l'étage sous sa responsabilité , il était trés bien dans notre accompagnement sportif ,culturel,psy en mêmê temps car je me rappel dans le dortoir à l'ouest y avait un élève dépressif monsieur Ducret .....qui passait son temps avec nous à décompresser sous la douche pour le calmer il cassait tous les placards

            Nous étions aux cours tous les matins dans une des deux trois salles au sud ouest disons prés des services techniques à côté de l écurie prés de l'entrée principale droite du château

            L’après midi nous étions à la brouette à la ferme ou avec notre cheval ou encore dans la décoration florale du château ou maraîchère (je n'ai jamais voulu faire cela et même la formation horticole qui m'a été imposée)

            Le week-end, nous faisons du sport; piscine à Sarcelles, foot au terrain municipal,pour moi le cross country avec athlétisme, j'ai été qualifié au cross du figaro à Paris j'étais aussi à la chorale à la musique et nous allions souvent à la salle Pleyel de Paris pour écouter des concerts.

            Pendant trois ans nous étions privé de notre famille faut dire que chacun avait une famille très éloignée d'ici . et chacun avait ses petits problèmes de santé et dont la famille ne voulait revoir car pour eux s'était une tare en trop . moi j'ai subi cela j'ai été (j'ai été vexé ) puis mis à la porte de chez ma mère à 17 ans 1/2 en 1971 (maintenant j'ai 58 ans depuis le 29 déc. 2011).en sortant du château je me suis débrouillé tout seul , puis je me suis marié à 21 ans j'ai trois garçons entendant (car je suis né sourd ) dont j'ai gardé un très grand rapprochement j'ai terminé ma carrière professionnelle comme laborantin (aide de labo classe supérieure médaillé or) cela dans un service d'urgences et de réanimation au CHU de Rennes oui je taquinais les tubes sanguins des malades pour rechercher de la biochimie de l'enzymologie puis de la toxicologie médico-légale.

            Voilà pour ce petit bout je pourrais en raconter plus mais ça demandera plus d'espace pour écrire alors j'attend votre réponse pour continuer si vous le voulez.

            Je vous souhaites à tous une bonne année 2012 surtout la santé, n'oubliez pas je suis à l'écoute.

            Un ancien élève du château bavard.
            Y a-t-il un lien avec l'école Casanova et Monsieur Casanova qui était en stage de directeur avec Monsieur Renaud ?

            En clair j'ai passé mon CEP à l'école Claret de Gonesse en 1970/1971

            Je ne pouvais pas me déplacer car d'abord on m'avait envoyé travailler en 1971 à Orléans, ma mère m'avait mis à la porte, je n'avais pas assez de force entendante et j'étais privé de tout, donc j'ai galéré sur Paris, jardinier à la ville de Paris ensuite employé de bureaux chez Rhône-Poulenc puis mariage en BZH et emploi au CHU de Rennes maintenant retraite pour handicap (oreilles).

            Plus tard implant cochléaire (accepté mais je ne suis pas encore prêt car trop intello pour se faire perdre).

            et oui si ce n'est pot au feu c'était aussi bol de riz le dimanche soir mais surtout patates toute l'année.

          • 10 janvier 2012 à 20 h 03 min
            Permalien

            Le hasard fait bien les choses. J'ai personnellement rencontré récemment M. Aufrère, le sous-directeur du Château. Je lui ai demandé si des photos de classes existaient. "Aucune" m'a-t-il répondu. Seules peuvent exister des photos faites par des élèves ou des parents. Un appel est donc lancé par le biais de ce commentaire.

    • 10 janvier 2012 à 20 h 25 min
      Permalien

      Mlle Chomet a enseigné pendant très longtemps dans toutes les écoles élémentaires également de la Commune. Elle se déplaçait en bicyclette d'un établissement à l'autre, son violon posé sur le porte-bagages. Dans le chapitre consacré à cette personne, vous pouvez d'ailleurs voir une de ses photos. En hommage à cette Dame qui a rendu de grands services à la ville, une allée porte son nom "Allée de l'Archet".
      Devinez pourquoi cette dénomination? Cette allée donne sur l'"Avenue de la République", en partant du Rond-Point de La Fontaine et sur la gauche en se dirigeant vers Gonesse. Dans la grande propriété qui appartenait à Mlle Chomet, des pavillons ont été construits. Pour cette raison, une allée a dû être réalisée pour donner accès aux différentes habitations.

      Répondre
      • 16 janvier 2012 à 19 h 27 min
        Permalien

        Bonjour à tous,
        C'est excellent
        On a rendu hommage à celle qui aimait faire sortir le son de nos flûtes et des belles bouches de nos camarades je peu dire qu'elle ne (Chomet) pas elle était toujours là.
        Même avec un rhume et aussi pour mettre de l'ambiance.
        Moi elle m'a réveillé les oreilles paresseuses comme elles le sont,elle m'a évité beaucoup de cours d'orthophonie, elle nous manquera ça c'est sur.
        Alors pensons à elle dans son allée de l'archet.
        je me demande aussi si c'est bien à cet endroit, que nous tous allons passer un coup de binette cela dans des rangs de betteraves rouge? et avec Monsieur Lancors (maître d'apprentissage de la ferme qui était en haut de l'escalier).
        Hommage aussi à lui il s'est retiré à l’île de Noirmoutier, on y faisait de l'élevage de poulet qu'on vidait puis revendait On retournait la terre avec notre copain de cheval et son brabant lui connaissait bien le chemin de l'écurie là on était tranquille.
        Plus à droite il y avait la culture maraîchère avec Monsieur Crête des poireaux des salades, des endives, des patates enfin de tout.
        Il y avait plus bas et plus généralement la culture florale cela en contrebas de l'aile gauche du château les serres étaient pleine de fleurs pour ornementer le château à toutes les saisons .
        Hommages aussi à tous ces maîtres d'apprentissage.

        Répondre
  • 17 novembre 2011 à 16 h 42 min
    Permalien

    Moi qui croyait qu'il y avait vraiment un revenant en recherchant la page depuis Google. Ahaha. Bref, l'histoire est intéressante du reste

    Répondre
    • 17 novembre 2011 à 20 h 11 min
      Permalien

      "Google" n'est pas innovant!
      Il faut "le former" car il ne sait pas tout !

      Il connait par contre très bien notre site d'Histoire locale, car nous ne sommes pas des fantômes...Nous!
      Essayez pour voir en tapant tout simplement : Le Passé d'Arnouville, puis faites une recherche !
      Nous apparaissons, partout!
      Un "clic" sur un lien et "clac" nous sommes au bout de votre doigt...

      Merci pour votre commentaire plein d'humour!

      Profitez-en pour lire les autres chapitres : vous apprendrez à connaître notre Commune.

      Répondre
  • 11 octobre 2011 à 10 h 12 min
    Permalien

    Bonjour,
    Excuse-moi de répondre que maintenant, je voudrais savoir, s'il vous plait, s'il y a encore des photo de cette époque au temps de M. Renaud et des élèves?
    Je suis passe plusieurs fois devant je n'ai jamais osé rentrer pour revoir des souvenirs de cette époque des fois ça fait du bien.
    Si on pouvez me répondre, les organisateur avaient monté un petit groupe, on avait fait une fête au château dans le groupe HAIR et j étais maçon a cette époque on refaisait les dortoirs en maçonnerie,les wc et les douche.
    Voila de ce que je ne souviens et je n'ai plus de photo, mon père a tous brûlé, je n'ai rien pu récupéré avec mon père, c'était pas tous rose et j'en ai bavé malheureusement, j ai fondé une famille et trois enfant qui son grand, j'ai perdu ma femme d un cancer,je vous donne non adresse.
    ==
    Gonzalez Jean-Pierre
    7 rue Guynemer 37000 Tours
    Merci pour tous et du petit courrier, c'est vraiment sympa de votre part et excuse-moi des fautes.
    (message corrigé par l'administrateur)

    Répondre
  • 3 juillet 2011 à 20 h 16 min
    Permalien

    Merci M.Gonzalez,
    ...pour ce témoignage.

    Si je comprends bien, vous étiez un petit "galopin" et faisiez, comme on dit, des "blagues de potaches"!
    Et si vous étiez resté enfermé dans ces petites galeries...
    Enfin, puisque vous nous écrivez, c'est que vous en êtes ressorti...heureusement!

    Vous nous apprenez des choses que nous ne connaissions pas.
    Certes il devait y avoir de petites galeries, mais rien à voir avec le GRAND souterrain que nous pensions trouver.
    Alliez-vous également à ce que nous appelons "La grotte" située dans le joli parc boisé?
    Ce n'est pas réellement une grotte, mais un rocher creusé et qui permet encore de nos jours aux enfants du secteur de jouer à la cachette.

    J'ai bien connu M. Renaud, votre directeur, car à partir de 1985 et environ pendant 15 ans, j'assistais aux conseils d'école de l'établissement.
    Le Maire de notre Commune, M. Bigel m'y envoyait pour représenter la Mairie, car j'étais maire-adjointe à cette époque.

    M. Renaud est décédé depuis quelques années, déjà.
    Quand il a pris sa retraite, un nouveau directeur fut nommé : M.Maumy.
    Puis d'autres, dont je ne me souviens plus des noms dirigèrent l'établissement.

    J'ai connu également M. Hérold, le responsable de l'A.B.N.G., le petit fils de Mme Hérold dont on parle dans l'article sur le piano.
    Et très souvent, après les conseils d'école, nous nous retrouvions tous, dirigeants et professeurs, dans la grande salle à manger, pour prendre "le verre de l'amitié" ... autour du piano!!!

    Je reste à votre disposition pour d'autres renseignements...si je peux vous les fournir!

    Répondre
  • 28 juin 2011 à 11 h 40 min
    Permalien

    Bonjour à vous et merci à tous,
    Les souvenirs reviennent, ça fait du bien de temps en temps, il y a beaucoup de galerie sous le château?
    On n'y croit pas comme ça, il en a beaucoup qui sont bouchée, je les ai visite a cette époque avec d' autre mais on s'est fait prendre et M. Remeaud nous a punie et que c’était dangereux.
    Voilà, pourquoi je ne souviens de ça, j'étais maçon et peintre et de l'horticulture, le plus, c'est au grenier, il avait des chaussures et du fer pour les chaussures et bien d'autre chose, on n'a jamais rien dit, a cause des punitions.
    Vous rigolez, mais a cette époque, moi, déjà j'avais des problèmes avec mes parents, je ne voulais pas en rajouter, il faut insister, il y a toujours des choses que cache le grand directeur ou le patron à cette époque.
    A ce que je me souviennes, il avait une voiture une XM, merci de me tenir au courant et il avait un enseignant qui était de Tourangeau, je m'entendais très bien, je ne rappel plus son nom
    Merci, merci, aussi a la dame qui n'avait répondu a mon courrier la dernière fois.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *