Durée de lecture : 9 min

Un avion se pose sur la place de la Gare

Atterrissage de Parisot à la Gare d'Arnouville en 1910

Léon Emile Parisot est ne le 29 janvier 1881 (décède le 29 Juin 1913) à Bezalles en Seine et Marne, près de provins. Ses parents sont agriculteurs. Le 9 Aout 1910, il obtient le brevet de pilote-aviateur n° 179, la France n'ayant délivré que 360 brevets d'aviateurs a la fin de cette même année.

Le 18 août 1910 :  à 5 h 30, aux commandes du biplan Farman n°119, venant de Bouy-aviation, il atterrit sur le champ de manœuvres de Châlons, au grand ébahissement d'une compagnie du 106e qui manœuvrait : il venait saluer sa fiancée, mademoiselle Biston habitant Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne).

C’est le cœur doucement ému qu'elle reçut là, un cordial baiser et un bouquet de roses que lui remit son fiance : "Permettez-moi, mademoiselle, de vous offrir les premières fleurs qui soient venues par la voie des airs!".

Le 27 août 1910 : parti a 6 h 15 de Fismes dans la Marne, il descend a 7 h 25 au château de Pape-aux-Dames, appartenant a M. Déjardin, gagnant ainsi le prix de 5000frs offert par ce dernier a l'aviateur qui atterrirait le premier dans sa propriété.

Le 28 août 1910 : il atterrit sur le territoire de Gonesse, a proximité du Pont de la Concorde, d'après les souvenirs de M. Lesage, un vieux Gonessien aujourd'hui décédé.

Son aéroplane est présenté place de la gare de Villiers-le-Bel-Gonesse, devant le café-restaurant Gallemant, attirant ainsi tous les habitants des environs venus voir "l'attraction".

Le 30 août 1910 : laissant son avion sur la place de la gare, il se rend a paris... pour se marier! Il y épouse en effet Mlle Marie Delphine Jeanne Biston.

Il revient le lendemain a Arnouville pour décoller d'un champ près de la gare, a la limite des communes d'Arnouville et de Villiers-le-Bel, a l'emplacement actuel des rues Raspail et Bouthillé.

Ainsi Arnouville avait été "Le centre de tournage" d'une belle histoire d'amour...

Texte écrit par M. Bonnard, d'après des recherches de Robert Foucault.

Photo de Léon Parisot sur son biplan Farman n° 119

Un avion place de la Gare d'Arnouville

Partagez :

Étiqueté avec :                    

6 avis sur « Un avion place de la Gare d'Arnouville »

  • 19 juin 2014 à 9 h 16 min
    Permalien

    Bonjour
    J'avais lu, qu'une carte postale avait été édité suite à l'atterrissage de l'avion au parc aux dames qui dépend de la commune d'Auger saint Vincent (60800). Je ne retrouve plus cette information, qui en a entendu parler?

    Répondre
    • 21 juin 2014 à 16 h 10 min
      Permalien

      Madame,
      Après avoir interrogé mes amis de notre Club d'Histoire, il s'avère qu'aucun d'entre nous n'a entendu parler de cette carte postale.

      Répondre
  • 17 mars 2013 à 18 h 01 min
    Permalien

    Re-bonjour.
    La littérature concernant le décès de Parisot ne manque pas. Je dispose personnellement de 3 journaux faisant état du drame.
    En fait Parisot était parti en Belgique pour "gérer" comme chef pilote l'aérodrome de la ville de ANS . Il s'est tué le dimanche 29 juin 1913 à l'occasion d'une kermesse du village de Bombaye (province de Liège) en exhibant un appareil de son invention "le Tristable". L'appareil pris, pense-t-on, dans un remous de vent, s'abattit de 30 mètres de haut. Parisot, la colonne vertébrale brisée expira peu après sa chute. Plusieurs personnes qui assistaient au meeting furent blessées et deux furent tués sur le coup.
    Un journaliste ajoute :
    "lorsque l'on dégagea le malheureux aviateur, il put encore murmurer : prévenez ma femme". Un autre nous apprend que:
    " Madame Parisot qui suivait son mari partout a assisté à l'accident et s'est évanouie en voyant la chute".
    Voilà une fin dramatique pour une belle histoire d'amour.
    En espérant avoir répondu à votre interrogation.
    Bien cordialement.

    Répondre
  • 17 mars 2013 à 17 h 37 min
    Permalien

    Bonjour.
    A la relecture de cet article, je me permets d'indiquer quelques petites coquilles que mes recherches personnelles permettent de corriger. A savoir :
    Léon Parisot est né à Bezalles le 29 janvier 1881(d'après ses actes de mariage et de naissance) et non le 9 septembre 1881.
    Il est mort dans un accident d'avion en 1913 et non en 1912.
    De plus Bezalles est situé en Seine et Marne et non en Seine Maritime.
    Par ailleurs, mais cela est vraiment anecdotique, je dispose d'un article de journal qui dit que le 27 août 1910 "il a atterri à 6 h 55 dans la propriété du parc aux Dames à Crépy-en-Valois" gagnant ainsi le prix DESJARDINS...
    Amicalement à vous.
    Maurice Bonnard.

    Répondre
  • 7 septembre 2010 à 17 h 55 min
    Permalien

    L'année de naissance est maintenant écrite dans le texte.
    Merci à M. Dumollard de nous avoir fait remarquer cet oubli.

    Répondre
  • 7 septembre 2010 à 9 h 23 min
    Permalien

    J'aurais aimé avoir l'année de naissance de Léon Parisot, qui n'apparaît pas dans l'article.
    Bien cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *