Durée de lecture : 22 min

La ferme Lemoine en deuil

M. Louis Lemoine n'est plus...Il s'est éteint le 26 août 2009 dans sa 83e année .

Né le 12 décembre 1925 à Bérenchy dans le Nord, il était arrivé à Arnouville-lès-Gonesse en 1933, avec ses parents précédemment installés à Bonneuil (voir début de l'article sur la ferme).

Jusqu'à ses derniers jours, il a travaillé dans Sa Ferme, au milieu de ses vaches, ses moutons...accomplissant encore quotidiennement les travaux habituels.

Ainsi nous a quittés un homme réservé, symbole de toute une génération de cultivateurs d'autrefois.Sa tenue vestimentaire nous le rappelait si bien !

Très tôt, il avait eu l'idée d'ouvrir son exploitation au monde extérieur en faisant de sa ferme Une Ferme Pédagogique.

Combien d'enfants auront passé un moment de leur vie scolaire...ou pas, entre les"murs" de cette ferme ? Des centaines, voire des milliers : nous ne le saurons jamais. Mais chaque enfant gardera toute sa vie, au contact des poules et des canards, le souvenir de ces moments privilégiés que seule l'enfance permet . ( Ce qu'a si bien dit le journaliste M. Brac dans son article de "l'Écho Régional , en évoquant la mémoire de cette personne).

Louis Lemoine de la ferme des Condos

M.Lemoine se faisait un devoir de les recevoir tous avec une très grande gentillesse et de leur expliquer le dur métier de cultivateur, mais combien passionnant !
Cette vie de labeur lui avait permis d'être élevé au titre de Chevalier de l'Ordre du Mérite Agricole, et également dans l'Ordre des Palmes Académiques en 1990.
Inculquer aux enfants l'amour des animaux, le respect de la nature, leur apprendre les choses simples de la vie dans un monde où l'environnement doit avoir une place primordiale : telle était l'objectif, la devise de M. Louis Lemoine.

- Un grand merci à lui de la part de tous les parents, de tous les enseignants !

Mais la vie continue et ses enfants, Monique, Isabelle, Philippe et Jean-Louis perpétuent la tradition de leur père.

Bien sûr, nous n'oublierons pas d'adresser toutes nos sincères condoléances à Élise son épouse.

Article dans l'Echo Régional

Echo Régional, article sur le décès de M.Louis Lemoine - Ferme des Condos

Hélas, à son tour, Mme Elise Lemoine, née Levistre, est décédée le 9 décembre 2018, à l’âge de 86 ans.

Un émouvant hommage lui fut rendu par les Arnouvillois, le 14 décembre à 15h, à l’église Notre Dame de la Paix.

Pendant l’office, les personnes présentes, dont M.Doll, Maire de la Commune, ont entendu l’enregistrement de 2 chansons : "Etoiles des Neiges" et "Douce France".

Selon les dires des ses enfants, c’étaient les airs préférés de cette Dame. 

Maintenant, elle repose à côté de son époux, Louis, au cimetière d’Arnouville.

A nouveau, nous présentons nous plus sincères condoléances à ses enfants, cités précédemment. Nous n’oublions également ses petits enfants, Amélie, Joffrey, Eloïse et Mathis.

Soixante-dix années de vente ambulante:

Si en circulant dans les rues d'Arnouville ou de Villiers-le-Bel, il vous arrive de lire dans votre rétroviseur les mots "Lait Frais", sur le capot du véhicule qui vous suit, vous n'avez pas rêvé!

Il s'agit de la camionnette de la ferme Lemoine, faisant sa tournée de vente ambulante.

Ce commerce itinérant a été créé en 1933. Madame Lemoine, mère, parcourait alors les rues avec une carriole à trois roues, poussée à bras, chargée de bidons de lait et de fromages blancs, fabrication maison. Ce service fut interrompu pendant la guerre, mais reprit en 1949.

Il connut une très nette amélioration...puisqu'une charrette tirée par un cheval sillonna alors les rues de la ville.

En 1952: une camionnette aménagée prit le relais. Des produits beaucoup plus variés furent proposés aux clients et ce fut alors une véritable petite épicerie ambulante qui circula, selon un itinéraire précis et régulier instauré par Monsieur Lemoine.

Aujourd'hui, malgré le développement des grandes surfaces et des petits commerces, des clients demeurent fidèles au passage de la fourgonnette. Il s'agit surtout de personnes âgées, ou ne possédant pas de moyens de transport. Ainsi une dame de 85 ans est fidèle depuis les trois générations de fermiers!

Des codes sont établis entre les clients et Isabelle, "la fermière ambulante", qui a pris la succession. Pour ne pas manquer le coup de klaxon et montrer que l'on a besoin de "quelque chose", on accroche son pot à lait au portail ou on allume la lampe du porche de la maison.

Le panier au bras, on vient à l'arrière du véhicule chercher son lait frais, du producteur au consommateur, ainsi que les produits indispensables à la vie de tous les jours, rangés dans les rayons adroitement aménagés du véhicule...On bavarde, on échange les petits potins glanés ici et là, et on se donne rendez-vous au prochain passage.

Aujourd'hui, ce service donne un air de campagne à la ville. Mais les commerçants ambulants étaient autrefois très nombreux, dans les vieux pays comme dans les nouveaux quartiers.

Pour la période des années 1960, on se souvient des tournées d'épiciers, de boulangers, de bouchers, de marchands de légumes et de fruits, de vendeurs de journaux.

Ces commerçants apportaient une vie dans les communes qu'il est difficile de ne pas regretter aujourd'hui !

La ferme Lemoine
Merci de partager :
Étiqueté avec :            

17
Poster un Commentaire

avatar
14 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
11 Auteurs du commentaire
POUGETLa SecrétaireREBECCHI NellyTRUNET Georges ---retraité à la Trinité sur Mervidal Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
POUGET
Invité
POUGET

Bonjour,
Une personne m'a indiqué que les poules de cette ferme étaient dans des cages et non en liberté. Que me répondez-vous à ce propos ? Merci de votre réponse.
Cordialement.

REBECCHI Nelly
Invité
REBECCHI Nelly

Quel article passionnant avec de petites pointes d'humour !! je suis à Arnouville depuis 1960 et n'ai jamais visité cette ferme. Je me rappelle très bien du camion et de son klaxon.
Je suis déjà allée à la petite boutique mais n'aimant ni le lait ni le fromage blanc frais, je n'y suis pas retournée.
Je ne savais pas qu'il y avait un zoo, ni qu'on pouvait s'y promener librement.
Je vais bien vite m'y rendre avec de belles carottes.
Encore une fois, merci à Annette Vidal !!

Nelly

TRUNET Georges ---retraité à la Trinité sur Mer
Invité
TRUNET Georges ---retraité à la Trinité sur Mer

natif d'Arnouville en 1943 j'y ai habité jusqu'en 1960 au 18 rue Ampère, mon grand-père Eugène s'occupait du Chateau d'eau jouxtant notre maisonnette je me souviens encore très bien voir passer Thérèse et sa voiture à cheval pour nous amener le bon lait de la ferme Lemoine et des dames ramassant le crottin pour mettre aux fleurs! Pour la crème fraîche il fallait se déplacer à la ferme et l'accueil était toujours gentil. Nous allions aussi dans le Petit Rosne pour attraper des épinoches et surtout se faire sucer les mollets par les sangsues. J'allais à l'école de la gare… Lire la suite »

THOEN
Invité
THOEN

Bien peiné de la mort de monsieur Lemoine,très heureux que la ferme vivent autant qu'avant.
Bonne continuation a tous
signé : un petit garçon qui lui acheté des malabars au camion

julien
Invité
julien

Merci pour cette article

Manon
Invité
Manon

merci pour ton blogue, j'aime 🙂

chris
Invité
chris

Meme si je l'apprend tard je suis désolé de son décès.

SkyLove
Invité

Bonjour,

Je suis triste d'apprendre son décès bien que je ne sois ni une proche ni autre. Cette ferme j'y ai passé des WE lorsque mes parents m'emmenait découvrir les animaux dès mon plus jeunes âges... dire que j'avais peur à cette époque. Nous y achetions des produits issus de la ferme mais depuis quelques années je n'y ai jamais remis les pieds mais je trouve que cette ferme est une merveille pas si loin de Paris.