Durée de lecture : 20 min

Revenons à notre ferme après cet aparté sur les perruches.

À l'entrée de la ferme, une meute de chiens de toutes races, toutes tailles, (surtout des petits noirs et blancs), sont là pour vous accueillir...mais pas méchants pour deux sous, même s'ils jappent à n'en plus finir!

La famille Lemoine a eu la bonne idée d'ouvrir sa ferme (véritable zoo gratuit) aux visiteurs: écoles, centres aérés, particuliers...Chacun y est le bienvenu! Et s'il le souhaite, pourra poser toutes sortes de questions sur les animaux, sur la vie à la ferme...un véritable cours de sciences naturelles pour les citadins du coin. Suivez-nous pour une visite très instructive...

Suivons plutôt Monique Lemoine qui partage ses journées entre le travail à la ferme et les visites pédagogiques. Tous les jours ou presque, 4 cars de la région parisienne viennent "déverser" le flot des petits curieux!

C'était l'idée de Louis, le père. Il notait sur des cahiers à la fois le nombre d'enfants et  aussi les noms des communes d'origine. Le seul registre des années 1996 à 2001 comptabilise plus de 11000 enfants accueillis.

Monique Lemoine de la Ferme des Condos
Photo de la société R.D.V.A. de GONESSE

Visitons tout d'abord le très vaste enclos. Tout le monde fait bon ménage. Les chèvres viennent quémander à travers le grillage toutes les épluchures de légumes que vous n'aurez pas manqué d'apporter. Vous les donnez aussi aux daims, au lama (attention, parfois il se fâche et ...crache!) et au le zébu. Ces deux derniers mis ont été "en pension" à la ferme par un cirque de passage... Au printemps, à la saison, des "amours" vous entendrez peut-être un bruit étrange. C'est le cerf en train de bramer pour séduire" sa belle". Parfois, s'il y a plusieurs mâles, les fermiers sont obligés de les séparer, car un combat entre eux peut s'engager, et leurs bois, très entremêlés pourraient se rompre!...

Soudain, la grosse truie noire du Vietnam sort de sa tente "igloo" jaune, le ventre touchant le sol...Son "mari" lui tout blanc-rose, n'est pas loin! et la surveille du coin de l'oeil...Parfois, une ribambelle de porcelets suit "maman cochon".

Dirigeons nous vers la mare...aux canards! Là, une kyrielle de volatiles, handicapés par leurs palmes, courent à toute vitesse vers le point d'eau. Sur le bord, dans les hautes herbes, Monique vous montrera les nids avec, peut-être, des canes en train de couver. A chaque variété, un nom spécial que notre guide connait sur le bout du doigt...

La mare aux canards à la ferme Lemoine
Photo de la société R.D.V.A. de Gonesse

Malgré ces visites, la ferme de la famille Lemoine est avant tout un élevage de vaches laitières et de moutons. Les bêtes paissent en toute liberté dans les prés environnants. Attention au taureau qui parfois gratte le sol en signe de colère: il ne faut pas "s'y frotter", mais n'ayez crainte, il est isolé...par une clôture électrique, un fil qu'il ne faut pas toucher...sous peine d'une petite décharge très désagréable, sans gravité cependant ni pour vous ni pour les animaux! Que c'est amusant de voir une vache lever la queue et faire "un gros pipi" tout fumant et, moins drôle, de mettre son pied dans une bouse toute fraîche qui passe par-dessus votre chaussure!

Tous les matins et tous les soirs a lieu l'heure de la traite. Ne croyez pas , comme certains petits citadins,( c'est pourtant vrai) qu'il s'agit de "pomper la queue" et que le lait va arriver dans des briquettes,( vous savez, celles des magasins!...). Vous pouvez assister, si l'heure s'y prête, à l'arrivée des vaches,(de magnifiques charolaises, des Salers et autre races...). Elles gagnent d'elles-mêmes l'écurie, le pis gonflé de lait, traînant presque par terre...Chaque bête s'installe à sa place habituelle, d'instinct, et attend... l'arrivée de Monique, Isabelle, Jean-Louis ou encore Philippe. Alors on installe à chaque mamelle les trayons de la machine à traire électrique, après avoir , bien sûr, lavé les pis! Le lait coule dans des tuyaux et converge vers le gros réservoir réfrigéré en permanence, situé dans une salle spéciale. Régulièrement, une entreprise laitière viendra prélever ce beau "liquide blanc" et le conduira à la Société pour être transformé en beurre,fromages,... Ou mis en bouteilles... Savez-vous que les vaches peuvent attraper des coups de soleil sur leur pis? Le lait sortirait alors rougeâtre et serait impropre à la consommation...

Pour les enfants, les fermiers font souvent une démonstrations de traite à la main, comme autrefois. Assis sur un trépied, un seau entre le jambes, Mme Lemoine, mère, encore très alerte, attrape deux mamelles et exerce une certaine pression, en cadence: alors un jet gicle dans le seau de façon continue...Cela parait facile pour le profane! Mais lorsqu'on vous propose un essai, le tout est beaucoup moins concluant, surtout que la vache, déconcertée par des mains maladroites, donne un bon coup de queue...au passage!

Bien sûr ,on n'aura pas oublié de leur verser dans de grandes auges les aliments et le foin nécessaires à leur nourriture... En plus de l'herbe fraîche qu'elles broutent dans les près. Pour boire, il leur suffit d'aller s'abreuver au  "Petit Rosne", le ruisseau serpentant dans le bas de la prairie. Si les vaches paissent "sur le plateau de l'Enfer", situé au-dessus du petit bois, elles se rendent aux grandes citernes disséminées çà et là et alimentées au moins un fois par jour par Philippe. Juché sur son tracteur, il monte une grosse citerne contenant 1500 litres d'eau qu'il répartit dans les différents bacs.

La ferme Lemoine

Partagez :

Étiqueté avec :            

17 avis sur « La ferme Lemoine »

  • 1 septembre 2019 à 10 h 34 min
    Permalien

    Bonjour,
    Une personne m'a indiqué que les poules de cette ferme étaient dans des cages et non en liberté. Que me répondez-vous à ce propos ? Merci de votre réponse.
    Cordialement.

    Répondre
    • 1 septembre 2019 à 18 h 20 min
      Permalien

      Bonjour Monsieur,
      Il est exact que les poules sont en cage et non en liberté.
      Mais tous les autres animaux sont dans les près,ou presque.
      Mais croyez-moi, cette ferme vaut le détour, comme on dit.
      Avez-vous lu tous les différents chapitres?
      Bien cordialement à vous.

      Répondre
  • 26 juin 2014 à 19 h 51 min
    Permalien

    Quel article passionnant avec de petites pointes d'humour !! je suis à Arnouville depuis 1960 et n'ai jamais visité cette ferme. Je me rappelle très bien du camion et de son klaxon.
    Je suis déjà allée à la petite boutique mais n'aimant ni le lait ni le fromage blanc frais, je n'y suis pas retournée.
    Je ne savais pas qu'il y avait un zoo, ni qu'on pouvait s'y promener librement.
    Je vais bien vite m'y rendre avec de belles carottes.
    Encore une fois, merci à Annette Vidal !!

    Nelly

    Répondre
    • 27 juin 2014 à 16 h 11 min
      Permalien

      Nelly,
      Vous donnez votre "langue au chat", certes.
      Mais pour comprendre il fallait lire la 3e partie de l'Histoire de la Ferme Lemoine/Des Condos.
      C'était Amanda la solution à notre devinette.
      Avez-vous souvent vu un cheval parler?
      Hélas, le zébu est mort,il y a quelques années au grand dam des fermiers.
      Ils espèrent en trouver un autre.
      Donc si vous en connaissez un dans votre secteur : pensez à eux!
      Quant aux cerfs, ces derniers n'en souhaitent plus.
      Ils faisaient trop de bruit et se battaient souvent pendant la saison des amours.
      Nelly,
      Nous vous invitons à venir visiter le plus rapidement cette Ferme Historique, si l'on peut dire!
      Elle est vraiment unique dans la région parisienne, car elle a vraiment un côté authentique.
      Ce n'est pas une ferme "aseptisée" comme nous pourrions le penser.

      Répondre
  • 19 mars 2014 à 2 h 10 min
    Permalien

    Natif d'Arnouville en 1943 j'y ai habité jusqu'en 1960 au 18 rue Ampère, mon grand-père Eugène s'occupait du château d'eau jouxtant notre maisonnette je me souviens encore très bien voir passer Thérèse et sa voiture à cheval pour nous amener le bon lait de la ferme Lemoine et des dames ramassant le crottin pour mettre aux fleurs! Pour la crème fraîche il fallait se déplacer à la ferme et l'accueil était toujours gentil. Nous allions aussi dans le Petit Rosne pour attraper des épinoches et surtout se faire sucer les mollets par les sangsues.
    J'allais à l'école de la gare avec comme instit M. Dastugue, M. Parent le directeur je ne m'en souviens pas, de même pour la maternelle.
    Quel bonheur de pouvoir revivre ces instants merveilleux au travers de votre très beau site, bien conçu, détaillé et bien illustré. Grand merci à tous ceux qui le font vivre

    Répondre
  • 14 août 2012 à 23 h 29 min
    Permalien

    Chers lecteurs, "le feuilleton" de la Ferme Lemoine va bientôt reprendre.
    Il vous sera raconté par Amanda.
    Mais qui est donc cette Amanda?
    Et, bien ce sera la surprise, car elle va vous envoyer le faire-part de naissance de cette nouvelle Ferme dont le nom n'est plus tout à fait un secret.
    Si vous avez lu entièrement l'article ci-dessus...vous le connaissez déjà!
    Qui peut nous donner la solution?
    Ou donnez-vous "votre langue au chat"...

    Répondre
    • 27 juin 2014 à 10 h 14 min
      Permalien

      Je donne ma langue au chat !!!

      Répondre
  • 17 août 2010 à 17 h 48 min
    Permalien

    Bien peiné de la mort de monsieur Lemoine, très heureux que la ferme vivent autant qu'avant.
    Bonne continuation a tous
    Signé : un petit garçon qui lui acheté des malabars au camion

    Répondre
  • 16 février 2010 à 15 h 13 min
    Permalien

    Merci à tous ces messages de sympathie...
    Les Fermiers Lemoine ayant internet et connaissance de cet article sont très touchés de tous ces commentaires.
    Moi aussi, qui ne suis que la "petite souris" qui tape, tape...= cela m'encourage à continuer !

    Répondre
  • 22 décembre 2009 à 23 h 34 min
    Permalien

    merci pour ton blogue, j'aime 🙂

    Répondre
  • 20 décembre 2009 à 10 h 17 min
    Permalien

    Merci Chris,
    Il n'est jamais trop tard pour évoquer une personne que l'on a connue!

    Mais la vie continue à la Ferme...
    Chacun garde dans son cœur le souvenir de M. Lemoine.

    Mme Vidal

    Répondre
  • 19 décembre 2009 à 3 h 58 min
    Permalien

    Même si je l'apprend tard je suis désolé de son décès.

    Répondre
  • 12 octobre 2009 à 16 h 56 min
    Permalien

    Bonjour,

    Je suis triste d'apprendre son décès bien que je ne sois ni une proche ni autre. Cette ferme j'y ai passé des WE lorsque mes parents m'emmenait découvrir les animaux dès mon plus jeunes âges... dire que j'avais peur à cette époque. Nous y achetions des produits issus de la ferme mais depuis quelques années je n'y ai jamais remis les pieds mais je trouve que cette ferme est une merveille pas si loin de Paris.

    Répondre
  • 5 mars 2009 à 17 h 08 min
    Permalien

    Je souris : Je deviens "responsable de vente par correspondance"
    Pour vous répondre:
    -Les fermiers vendent : des œufs de leurs poules (le jaune, bien jaune, car les poules sont nourries dans les prés)... du fromage blanc, confection "maison", du lait bien sûr au détail... des pommes, du cidre venant de producteurs locaux...
    Il y a une petite épicerie à eux, près de la maison d'habitation...
    Pour la paille et le fumier... je ne sais pas exactement...
    Voici leur adresse :
    M.et Mme Lemoine
    5 bis rue du chemin des dames
    95400 Arnouville
    Tél : 01 39 85 06 11

    Et si vous avez des petits enfants, n'oubliez pas le sac de croûtes de pain pour les biquettes !
    Précision: La ferme est balisée dans l'Avenue Charles Vaillant, au niveau du "Chemin des Condos"
    Ou prendre : l'avenue de Strasbourg, la descendre jusqu'au bout : vous arrivez juste devant l'entrée : Attention : le petit chemin descend rapidement !
    Bonne ma "Pub" et mon "GPS" ?

    Répondre
  • 5 mars 2009 à 15 h 41 min
    Permalien

    Bonjour,
    Je voudrais connaitre l'adresse de la ferme et savoir si il est possible d'acheter des produit fermier et de la paille propre ainsi que du fumier. merci

    Répondre
  • 3 mars 2009 à 13 h 44 min
    Permalien

    Je recherche à acheter des poules pondeuses âgées de 8 mois ainsi que des poussins .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *