Durée de lecture : 8 min

Un Jardin d'enfants avait déjà été réalisé dans ce village, il y a environ 6 ans.  En voici le plan.

Le plan du jardin d'enfants
Un plan est fait.

Il fut financé par le biais  de l’association "Chêne" loi de 1901. (Ce mot veut dire enthousiaste.) Avec Serge Nigoghossian qui fit un don à titre personnel. Cette  dernière vit le jour en 1991, en France, au moment où l’Arménie est devenue indépendante. Elle avait pour objectif de venir en aide aux villages frontaliers afin d’éviter la désertification. Les villageois fuyaient alors la pauvreté pour se rapprocher des grandes villes. M. Martayan est membre de cette association depuis 2003.

Cette vidéo n'a pas de version Française ayant  été tournée par la TV locale. Merci à René Martayan de nous l'avoir trouvée.

Les 3 personnes  apparaissant devant le ruban au début de la vidéo sont de gauche à droite M. Garbis Miguirian, représentant l’association Chêne, puis M. Serge Nigoghossian et M. Garbis Nigoghossian.
Enfin, M. Nigoghossian projetait de fournir 200 arbres fruitiers. Les élèves devaient les planter autour de l’école. Hélas pour eux, ce joli petit village Shekher est devenu azéri. On ne peut plus y accéder et voir le drapeau de ces envahisseurs est vraiment insupportable.   Que reste-t-il de ces toutes ces belles installations ?

Absolument Rien.

Imaginons l’immense déception de toutes ces personnes : les élèves, le corps enseignant, sans oublier, bien sûr, Tous les bénévoles cités dans ce texte.

"Mais l’espoir fait vivre", dit-on ! Alors…

Ce soir-là notre Ville fut citée.

Les Arméniens en danger sur leurs terres ancestrales

Partagez :

Étiqueté avec :

Un avis sur « Les Arméniens en danger sur leurs terres ancestrales »

  • 13 décembre 2020 à 18 h 56 min
    Permalien

    Documentaire aux rappels historiques détaillés, remplis de douleurs et de sang. Petit pays au grand peuple, Chrétien depuis le IVe siècle. Tous les Chrétiens du monde ont un peu d’Arménie dans son cœur, l’Europe doit soutenir les Arméniens dans leur combat afin qu’ils retrouvent leurs terres ancestrales.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *